1 ménage européen sur 10 a déjà investi dans les cryptos

//
Commission européenne (EU) - ©Dimitris Vetsikas, CC0 Creative Commons

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a affirmé que les crypto-monnaies étaient “sans valeur” à son avis, mais cela ne l’empêche pas de prendre la question au sérieux. En fait, dans les coulisses, nous avons appris que la BCE avait financé une enquête sur l’adoption de la crypto-monnaie.

6% des français possèdent des cryptos

La Banque centrale européenne (BCE) a récemment publié les résultats d’une nouvelle enquête intitulée “Déchiffrer les risques de stabilité financière sur les marchés des actifs cryptographiques”.

Face au constat d’une “augmentation” de la demande de crypto-monnaies, la BCE souhaite connaître l’ampleur de l’adoption de cette nouvelle classe d’actifs. Les banquiers centraux ont dû être peu satisfaits du résultat. En moyenne, 10% des ménages interrogés dans les six pays étudiés (tous inclus dans la zone euro) déclarent posséder des crypto-monnaies. Poureffectuer son enquête, la BCE a interrogé des ménages sur leurs habitudes dans six pays : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas.

Parmi les particuliers détenant des actifs cryptographiques dans la zone euro, environ 37 % ont déclaré détenir moins de 1 000 €, 29 % ont déclaré détenir entre 1 000 € et 4 999 € et 13 % ont déclaré détenir des actifs de 10 000 EUR ou plus selon l’enquête de la Banque centrale européenne.

C’est aux Pays-Bas que le taux d’adoption est le plus élevé, il dépasse même 14 % des foyers. En revanche, la France est bonne dernière de ce classement : la France est la dernière avec 6% de foyers concernés. L’étude de KPMG a donné des résultats légèrement différents.

Dans chacun de ces 6 pays, les ménages aux revenus les plus élevés ont tendance à posséder (même si peu) des crypto-actifs. Aux Pays-Bas, 21 % de ces ménages aisés possèdent au moins une partie de la crypto-monnaie.

De même, les « jeunes hommes ayant fait des études supérieures » sont, en moyenne, plus susceptibles de posséder des actifs numériques. Autre leçon : si les ménages à revenu élevé sont plus susceptibles de détenir des crypto-monnaies, les ménages à faible revenu en possèdent également, et à un taux plus élevé que les ménages à revenu intermédiaire. Profil de l’investisseur type : Jeunes ayant une formation supérieure et des connaissances dans le secteur financier.

La BCE réaffirme sa position à l’encontre des cryptos

L’étude, insérée dans son rapport semestriel sur la stabilité financière attendu mercredi, intervient au milieu des récents appels de la Banque centrale européenne à une réglementation mondiale d’un secteur jeune qui présente un risque particulier pour les finances des ménages.

La banque centrale de la zone euro n’a pas manqué une occasion de réitérer sa position selon laquelle les crypto-monnaies ne conviennent pas aux investisseurs de détail. Le régulateur a également appelé les autorités de l’UE à approuver d’urgence de nouvelles règles pour les actifs cryptographiques dans les 27 États membres.
Les chiffres ont été publiés dans le cadre de l’examen de la stabilité financière de la BCE, alors que les législateurs européens s’efforcent de finaliser la législation sur les marchés des actifs cryptographiques (MiCA).

Malgré le mouvement instable du marché, fin 2021, la capitalisation boursière mondiale des crypto-actifs atteignait 2,5 billions d’euros, soit sept fois celle d’il y a un an. Selon l’étude, la dynamique de l’industrie signifie qu’il y a plus de 16 000 crypto-actifs en circulation aujourd’hui, avec une moyenne de 10 nouveaux crypto-actifs lancés chaque jour.

Face à cette adoption fulgurante du Bitcoin et des autres crypto-monnaies qui sont de moins en moins marginalisés, on comprend mieux une certaine envie des institutions financières. En effet, ces derniers – comme la Banque de France ou le FMI – attendent avec impatience l’arrivée des monnaies numériques de banque centrale (MNBC) pour tenter de concurrencer les crypto-monnaies décentralisées.

Précédent

Affaire Apollonia : la gigantesque escroquerie immobilière jugée en 2023

Suivant

4 séances de hausse consécutives, une première pour le CAC 40 cette année

Derniers articles de Brèves