Comment sont répartis les 1000 milliards de la Banque Centrale Européenne ?

/
Europe
Europe, Bruxelles - ©AdobeStock

La propagation du coronavirus en Europe a pratiquement affecté la majorité des activités économiques du pays. Bien avant les décisions de déconfinement partiel décidé par certains chefs d’État européens, les experts ne prévoient pas de rétablissement de la situation économique, pas avant 2021. L’Europe a mis en place un plan de relance économique en allouant 1 000 milliards d’euros grâce à la BCE. Cet investissement de la BCE concerne en fait à relancer l’économie et favoriser la croissance durable.

La création de fonds destiné à la relance économique

Le plan de relance économique de l’Europe a été principalement pensé par Bruno Le Maire, il était déterminé à convaincre tous les pays membres de l’Union Européenne à décider communément d’un plan de relance économique avec 1.000 milliards d’euros de trésorerie. Cette décision a d’ailleurs été consentie préalablement par Giuseppe Conte avant même le débat officiel entre tous les chefs d’État européens.

En vérité, il faut préciser qu’il n’a pas été facile pour les ministres des Finances de la zone euro de soutirer les 540 milliards d’euros à la Banque européenne d’investissement consacrés à surmonter le problème de chômage partiel entrainé par le confinement chômage. De plus, sans l’énorme aide financière de 1 000 milliards d’euros octroyée par la Banque Centrale Européenne, l’Europe serait en ce moment en mauvaise posture. En même temps, ces aides ont été négociées afin de créer un fonds pour relancer l’économie de l’Europe

La mobilisation du fonds de relance économique

Les Européens ont estimé le fonds nécessaire à la relance économique de l’Europe à 1.000 milliards d’euros, mais cela est sans doute irréfutable que cette somme devrait aussi servir à maintenir le développement économique, politique et technologique de l’Europe dans le temps. Il s’avère alors que ce fonds de relance est vital pour l’Europe tout entière. D’ailleurs, Bruno Le Maire a confirmé cette hypothèse en affirmant que :

Comment voulez-vous que la zone euro survive si certaines économies redémarrent vite et que d’autres ne redémarrent pas du tout ? Nous proposons de financer ce fonds par de la dette commune : c’est la réponse économique la moins coûteuse, car les taux d’intérêt sont très bas.

Si tels sont les faits : pourquoi autant d’argent ?

Tout d’abord, dans ces 1 000 milliards d’euros, une partie sera investie dans les infrastructures et recherches sanitaires, les organismes et centres de santé publique, etc. Ensuite, une partie servira à financer le secteur industriel étatique par exemple, aéronautique, l’industrie de l’automobile, etc. Et enfin, il faut surtout miser avec la mutation énergétique, mais aussi les nouvelles technologies de l’information et de la communication avec l’utilisation de la connexion 5G par exemple. De ce fait, l’objectif étant de suivre les tendances et de rester compétitif sur le plan international. Face à tous ces soucis d’innovation et de développement permanent, les chefs d’État européen pensent qu’il serait impossible de sortir de la crise avec seulement quelques centaines de millions d’euros. En plus, le nombre de pertes d’emploi continuera d’augmenter et les pays européens se trouveront chassés dans le classement mondial si aucune intention de relance n’est pas envisagée dès aujourd’hui.

Les dépenses ne concernent que les immobilisations

Dans une optique de redynamisation collective de l’Europe, l’unique solution réside dans la nécessité d’allouer les budgets en immobilisations. Le but étant de solder les dettes européennes à venir d’un seul coup de balai. Pour cela, les chefs d’États européens recommandent à ce que les charges auxquelles il faut faire face soient retenues pour cinq années, mais que les remboursements pourraient s’étaler jusqu’à 25 ans.

Comment se présente la répartition du fonds d’investissement ?

En termes d’équité, les pays européens les plus affectés par le Covid-19 devront être plus avantagés que les autres, mais ce principe est refusé par certains États. Ceux qui ne sont pas d’accord pensent qu’il faudrait se baser sur les efforts réalisés au cours des dernières années afin de remettre les comptes publics à niveau. Toutefois, puisque le virus a été sans pitié et a principalement affaibli l’économie espagnole et italienne, les Européens ont su témoigner la solidarité en priorisant ces deux États et cela a commencé par le redressement de leur situation politique.

Des entreprises françaises bénéficieront de cette aide financière

Il faut savoir que beaucoup d’entreprises françaises lésées par la récession sanitaire mondiale souhaitent bénéficier des crédits garantis sur le fonds de relance économique octroyé pour la France. Parmi ces entreprises, on peut distinguer la grande enseigne française FNAC-Darty. Dans le cadre des prêts garantis de l’État, 24 milliards d’euros ont été consacrés par l’État afin de venir en aide à plus de 170 000 organisations publiques et privées. À ce titre, 20 milliards d’euros supplémentaires ont été intégrés dans le projet de loi de finances rectificatives pour faire face à cette crise sanitaire. Toutes ces actions correspondent à la politique protectionniste propre à l’État français.

La relance de l’économie française : ce que pense Bruno Le Maire

Bruno Le Maire était clair en ce qui concerne la relance de l’économie française. Comme la propagation du coronavirus a fortement fragilisé l’économie de la France, il serait illogique de rehausser le montant des impositions. Dans ces propos, Bruno Le Maire affirme que : « Nous ne relancerons pas l’activité économique en augmentant les impôts. Le plan de relance sur lequel nous travaillons se base sur 4 piliers.

  1. Priorité absolue à l’investissement.
  2. Mise en place de plans spécifiques pour les secteurs les plus touchés par cette crise : l’automobile, l’aéronautique, le tourisme avec les hôtels, les restaurants, les cafés, l’événementiel et les activités culturelles.
  3. Soutien à la demande : Pendant cette période de confinement, les Français ont épargné à hauteur de 55 milliards d’euros selon l’OFCE. Cette épargne doit être utile à la reconstruction économique de la Nation et à la transition écologique.
  4. Coordination européenne sans laquelle nos plans de relance perdront en efficacité.
Déclaration en ligne impôts
Précédent

Préparer sa déclaration de revenus 2020

licenciements en france suite au covid-19
Suivant

Licenciements en France suite au Covid-19

Derniers articles de Finance

Donec risus. ipsum mattis libero. vulputate, ut