Affacturage et finance

dans Brèves/News

L’affacturage a longtemps souffert d’une image négative liée à son coût élevé et à la méconnaissance de ses mécanismes. Il est vrai que l’affacturage est à l’origine une pratique anglo-saxonne qui n’a été introduit en France que tardivement. Le mot même d’affacturage n’existe que depuis 1973, date à laquelle le code monétaire et financier en donne une définition officielle.

L’affacturage tient sa particularité au fait qu’il est plus qu’un simple financement, mais aussi un mode complet de gestion du poste clients incluant le recouvrement, les relances, l’encaissement, et pouvant également comprendre une garantie contre les impayés.

Cette offre tripartite : financement, gestion, garantie donne à l’affacturage une place unique et incontournable dans la palette existante des financements de l’entreprise.

De la pratique anglo-saxonne, l’affacturage français a conservé une grande adaptabilité. En fonction du besoin en trésorerie des entreprises et du fonctionnement de leur poste clients, l’entreprise peut ne mettre en place que les services voulus. Une grande variété d’affacturage existe ainsi : Affacturage non géré, affacturage de balance clients, affacturage confidentiel…

logo_affacturage

La présence de courtiers spécialisés en affacturage a considérablement aidé à démocratiser cette nouvelle forme de financement et à en diminuer le coût. Si certains courtiers persistent encore à prélever des frais de dossier, ce n’est pas le cas par exemple de e-affacturage.fr qui s’est d’emblé inscrit dans une logique de moindre coût pour les entreprises. E-affacturage offre ses services aux entreprises et se rémunère uniquement sur les commissions de service versées par les sociétés d’affacturage. Les entreprises peuvent remplir en ligne une demande d’étude d’affacturage pour obtenir un coût de mise en place de l’affacturage dans leur société, comparer les offres ou bien renégocier leur contrat d’affacturage.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*