Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Airbus EADS au coeur des préoccupations…

dans Finance/News

Entre attendre les plans de relance aux économies mondiales qui devraient très bientôt voir le jour et réagir aux mauvaises nouvelles, les marchés ont choisi et les faibles volumes engendrés font basculer le Cac 40 dans le rouge de – 1.41 % à 3 099 points dans le sillage du Nikkei.

Les secteurs bancaire et industriel animent une nouvelle fois l’actualité économique du globe avec notamment Airbus EADS au coeur des préoccupations et la banque suisse UBS dont les chiffres sont encore plus catastrophiques que prévus. Le géant helvétique a évoqué 20 milliards de Francs suisses de pertes essentiellement accumulées lors du dernier trimestre (50 %). Quant à EADS, le monstre de l’aéronautisme dont le titre est en recul de – 2.56 %, essuie des pertes de l’ordre de 5 milliards d’€uros avec son programme de l’A 400 M, cet avion militaire qui n’est pas la spécialité du groupe ce qui lui coûte cher…

Dans le secteur bancaire encore, on notera que Vladimir Poutine ne viendra pas en aide aux banques russes qui constituent selon lui « le talon d’Achille de l’économie russe« . Pour le dirigeant, les banques auront essentiellement utilisé l’argent public pour spéculer contre le Rouble de sorte que seules les trois plus grandes banques publiques recevront une aide de l’Etat. Des Etats qui vont d’ailleurs émettre un peu partout dans le monde des fonds souverains, ce qui va mécaniquement engendrer une remontée de certains taux d’intérêts.

De leur côté, les Etats-Unis s’activent avec en tête un Barack Obama qui prévient qu’en cas de refus de son plan de soutien, le Congrès exposerait son pays à la plus grave crise de tous les temps. Rappelons que les Républicains, qui ont pourtant doublé l’endettement public du pays sous le règne Bush, ne sont pas d’accord sur tous les points du plan en question…

Sur le Vieux Continent enfin, on notera que l’allemand Schäffler, cet équipementier automobile, accuse un déficit de 10 milliards d’€uros, tandi que c’est précisément cette somme que les deux constructeurs automobiles français Renault et Peugeot vont recevoir sous forme de prêt et non les 6 milliards évoqués précédemment. Les contre-parties restent les mêmes avec l’absence de lincenciements et la non fermeture de sites, choses déjà confirmées par le patron de Peugeot.

La parité €uro/Dollar s’établit à 1.2915 tandis que le baril de brut reste stable à 40 $.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Finance

dapibus sem, ipsum libero. dolor. libero at
Retour en haut