Baisse importante pour les marchés chinois après la réélection de Xi

/
Chine, banques
Chine, banques - ©Markus Winkler, CC0 Creative Commons

Les actions chinoises ont ouvert dans un ordre dispersé le mardi 25 octobre, après de mauvaises transactions la veille, sur fond d’inquiétudes des investisseurs suite à la reconduction de Xi Jinping au poste de secrétaire général du Parti communiste chinois.

L’une des pires baisses en une séance pour la Chine

Lundi, l’indice des Hang Seng de Hong Kong a chuté de 6% lundi après que Xi ait été réélu à la tête du Parti communiste chinois. La démonstration de force du président chinois a provoqué un vent de panique parmi les investisseurs étrangers.

Le troisième mandat consécutif du chef du Parti communiste chinois a déclenché une vague de panique parmi les investisseurs étrangers inquiets que l’ampleur de son pouvoir à Pékin soit sans précédent depuis Mao.

HKEx porte le poids du déni des investisseurs. Le Hang Seng a plongé de 6,4% lundi, sa plus forte baisse sur une journée depuis la crise financière. Le principal indice boursier de la mégalopole chinoise a clôturé à son plus bas niveau depuis avril 2009 après avoir chuté d’environ 35% cette année.

Les marchés chinois étaient dans le rouge, en particulier Hong Kong, qui a chuté de 6,25% à son plus bas niveau depuis 2009 lors de la dernière bourse peu après 07h10 GMT. Les investisseurs s’inquiètent notamment de la décision du président chinois Xi Jinping de confier aux économies clés et à leurs alliés le soutien d’une politique “zéro-coronavirus”, qui a entraîné une forte baisse de la croissance dans la deuxième économie du monde.

En outre, les entreprises technologiques qui se classent en bonne place dans l’indice ont été touchées ces dernières années par la répression de Xi Jinping contre l’industrie, qui a réduit les bénéfices et fait perdre des milliards de dollars en valorisations boursières.

Un sursaut du PIB en trompe-l’oeil ?

Cependant, le même matin, le Bureau chinois des statistiques a annoncé que le PIB avait rebondi de 3,9 % au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, dépassant les attentes des économistes.

Le nombre a été annoncé pour la première fois mardi dernier, après la clôture du 20e Congrès national du Parti communiste chinois, sans annonce préalable et sans conférence de presse, contrairement à la pratique courante. “L’économie montre des signes de reprise”, a déclaré un haut responsable de l’agence officielle dans un communiqué.

Le rebond du PIB cet été doit être comparé à un printemps particulièrement mauvais pour l’économie chinoise, où de nombreuses restrictions ont pris place comme le verrouillage très strict de deux mois dans la capitale économique du pays, Shanghai.

Le troisième trimestre n’a pas suffi à rassurer les investisseurs sur les perspectives du géant asiatique. La Chine est aux prises avec une crise du logement et des contrôles et confinements stricts associés à des politiques de “zéro épidémie” qui ont largement freiné la propagation du virus, mais ont également entravé l’activité commerciale et les dépenses de consommation.

« Malgré la grande surprise du PIB au troisième trimestre, les données de septembre suggèrent des fondamentaux inquiétants : un net ralentissement des ventes au détail, une contraction à deux chiffres des indicateurs d’activité immobilière et un ralentissement des exportations », pointent les économistes de Barclays.

D’autre part, la Bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 0,31 %, menée par Wall Street, après avoir clôturé en forte hausse vendredi, avec les trois principaux indices en hausse d’environ 2,4 %.

Cet élan aux États-Unis s’est accéléré après la fermeture des marchés européens vendredi et a également profité aux actions européennes lors de la première tranche d’échanges de lundi.

L’actualité de cette semaine a été extrêmement chargée pour les marchés, entre le pic des publications d’entreprises européennes et américaines et la réunion de la BCE de jeudi, et avant la réunion de la banque centrale américaine en début de semaine prochaine.

Précédent

La nouvelle ère économique mondiale : dollar fort et taux élevés

Suivant

Les différents types de comptes bancaires en France

Derniers articles de Bourse