La banque européenne d’investissement investit massivement en France

//
billets euros argent

La France est devenue pour la première fois le premier bénéficiaire de la Banque européenne d’investissement (BEI), selon un rapport d’activité publié lundi. L’agence consacre les deux tiers de ses financements à la transition énergétique et le dernier tiers à l’innovation.

Une enveloppe de 14 milliards d’euros en 2021

Face à la crise sanitaire et aux dangers du réchauffement climatique, la Banque européenne d’investissement (BEI) a décidé d’accélérer la transition écologique de la France. Après avoir promis la somme colossale de 10 milliards d’euros pour 2020, l’institution bancaire a annoncé lundi que l’enveloppe a été encore plus importante en 2021. La Banque européenne d’investissement (BEI) a considérablement augmenté ses prêts l’an dernier.

L’institution financière publique membre de l’Union européenne a émis 95 milliards d’euros de prêts en 2021, en hausse de 23% par rapport à l’année précédente. Cette année, les volumes en France ont été particulièrement importants, atteignant 14 milliards d’euros. C’est un record d’activité. Pour la première fois dans l’histoire de la BEI, la France a été le principal bénéficiaire de ces fonds. En 2020, la France était le deuxième pays après l’Italie à bénéficier le plus de l’aide de la banque de l’UE basée au Luxembourg.

La lutte contre le réchauffement climatique représente les deux tiers de l’investissement total (environ 9 milliards d’euros) », a déclaré le vice-président de la banque, Ambroise Fayolle, lors de la présentation des résultats annuels aux médias, lundi 31 janvier. Ils ont servi à financer des projets dédiés à la lutte contre le réchauffement climatique. Que ce soit en prêtant à la Caisse des Dépôts et Consignations pour financer des projets d’efficacité énergétique dans les bâtiments ou des investissements des collectivités locales dans les transports propres, en prêtant à l’avionneur Safran pour une partie de sa recherche et développement

 Fournir des financements pour trouver des moteurs moins polluants. Sur ce montant, 9,2 milliards provenaient directement de la Banque européenne d’investissement et 4,7 milliards provenaient du Fonds européen d’investissement (FEI), qui sert principalement à financer les PME.

Des financements pour aider à la transition écologique

Côté industriel, parmi les financements les plus significatifs, la Banque européenne d’investissement a proposé 500 millions d’euros pour la R&D de Safran, un prêt de 280 millions d’euros à ArcelorMittal et un prêt de 200 millions d’euros au câblo-opérateur Nexans. La nouvelle politique d’investissement de la Banque européenne d’investissement, lancée en 2019, met l’accent sur la lutte contre le réchauffement climatique et le développement durable, et débloquera 1 000 milliards d’euros en dix ans.

La Banque européenne d’investissement a également décidé fin 2019 d’arrêter de financer des projets liés aux énergies fossiles à partir de 2022. La Banque européenne d’investissement se rapproche de son slogan marketing : “Banque européenne du climat”. Pour calculer la rentabilité environnementale de ses opérations, l’institution financière se base sur une évaluation interne du prix de la tonne d’émissions de dioxyde de carbone, qui devrait augmenter d’ici quelques années. Ainsi, une tonne de carbone en 2021 vaut 80 €, alors qu’une tonne de carbone en 2030 vaudra 250 € et qu’une tonne de carbone en 2050 vaudra 800 €.

Cependant, si la BEI a financé autant de projets, tout ne se passera pas sans heurts. Notamment à cause des taux qui sont restés négatifs l’an dernier. En effet, la Banque européenne d’investissement est notée AAA par l’agence de notation, c’est-à-dire mieux que l’Etat français. Cela lui permet de bénéficier de coûts de capital très faibles, voire négatifs en 2021. Cependant, “lorsque les taux d’intérêt sont négatifs, les financements de la BEI perdent une partie de leur avantage comparatif”, a souligné Ambroise Fayolle. Avec la hausse actuelle des taux sur le marché, 2022 est susceptible de changer la donne à ce stade.

Précédent

Les marchés financiers en difficulté en janvier

Suivant

Une croissance record de 5,2 % pour la zone euro en 2021 malgré la pandémie

Derniers articles de Banques