La Banque de France se satisfait de la baisse du nombre de fraude lors des paiements en ligne

/
paiement en ligne

La démocratisation de l’authentification forte permet de réduire le nombre de fraudes lors des paiements en ligne avec les cartes bancaires. Mais restons vigilants : les fraudeurs trouvent déjà des parades. La Banque de France souhaite sensibiliser les Français à ces nouvelles menaces.

Le nombre de fraudes en baisse

Après trois années de hausse constante, les taux de fraude au paiement par carte bancaire ont baissé au premier semestre 2021, selon les données publiées jeudi par l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP). A 0,061%, l’institution, présidée par le gouverneur de la Banque de France, note dans son rapport qu’elle s’approche d’un plus bas historique.

Il faut dire que 97% des propriétaires de carte bancaire active bénéficient désormais d’un système d’authentification forte pour sécuriser au maximum les transactions à distance. Ce qui explique en partie cette amélioration, c’est le déploiement d’une authentification forte de ces paiements depuis fin 2021 via l’application bancaire de la banque ou un code à usage unique envoyé par SMS plus un code fixe. “Le bilan est très satisfaisant”, se félicite Julien Lassalle, responsable des services bancaires pour les moyens de paiement autres que les espèces à la Banque de France, dans un bilan concernant les dernières tendances des fraudes. Le taux de fraude à la carte pour les paiements mobiles a également fortement baissé (0,048%) après une forte dégradation en 2020, indique le rapport. La fraude sans contact est également en baisse, avec un taux record (0,010%).

Cette nouvelle norme, dérivée de la directive européenne sur les services de paiement (PSD2), oblige les banques à vérifier les transactions qui ne sont pas un, mais deux facteurs distincts. Trois possibilités d’identification forte sont proposées au client : utiliser une application bancaire mobile, envoyer un SMS contenant un code de confirmation, ou encore fournir un boîtier physique équipé d’un clavier pour saisir le code de confirmation. Les banques doivent également proposer des alternatives aux applications mobiles pour les particuliers sans smartphone, le tout sans frais supplémentaires. “Une authentification forte rend la vie plus difficile aux fraudeurs”. Cependant, elle ne résout pas toujours les problèmes. Cela signifie que nous devons rester vigilants.

Des règles de vigilance à appliquer

En revanche, le taux de fraude aux chèques a augmenté (0,097% en 2020 contre 0,088% en 2020), notamment en raison de la baisse de l’utilisation de ce moyen de paiement. L’OSMP a relevé qu’il “reste le moyen de paiement le plus frauduleux en France en termes de taux et de montants”. Les fraudes impliquant des chèques bancaires représentent 44 % des 644 millions d’euros de fraudes aux moyens de paiement enregistrés au premier semestre 2021. Mais les outils de surveillance mis en place par les banques ont permis de stopper 27% des fraudes aux chèques durant cette période, souligne l’organisme. Plus précisément, dans ces cas, les fonds ont été gelés avant d’atteindre le compte du fraudeur.

Par conséquent, pour éviter de vous retrouver dans une situation où vous seriez victime d’une fraude, vous devez redoubler de vigilance et appliquer systématiquement deux grands principes :

  • Ne validez jamais des transactions que vous n’avez pas initiées : votre banque ne vous demandera jamais de le faire, que ce soit à des fins de test ou en réponse à une fraude.

  • Ne partagez jamais votre code de sécurité avec un tiers : cette information est aussi sensible que le code de votre carte.

Si vous rencontrez une des deux situations ci-dessus et que vous ne savez pas si le risque est réel, raccrochez immédiatement et contactez votre banque via les canaux que vous utilisez normalement : agence, téléphone en utilisant le numéro que vous avez fourni via les signets ou les moteurs de recherche utilisés dans l’ancienne application mobile. Bien sûr, ne cliquez jamais sur un lien envoyé par e-mail ou SMS.

Précédent

Les taux immobiliers, revus à la hausse en ce mois de février

Suivant

Changement de ton à venir pour la BCE

Derniers articles de Banques