La première banque marocaine s’associe avec un projet blockchain

//
blockchain

Le premier opérateur de services bancaires au Maroc, Attijariwafa Bank, aurait rejoint RippleNet. Ce dernier est un réseau international de paiement transfrontalier conçu par la société américaine de blockchain Ripple.

Un projet en phase avec l’innovation

Un rapport local a révélé qu’Attijariwafa Bank est devenue membre de l’écosystème RippleNet. En rejoignant le monde de la cryptographie, l’institution financière marocaine a conforté sa position de leader de banque innovante dans la région nord-africaine.

Ainsi, les membres d’Attijariwafa Bank pourront échanger entre eux des transactions depuis de nombreuses destinations à travers le monde. La diaspora marocaine compte près de 5 millions d’individus, dont plus d’1 million vit en France. Adnane Driouech, responsable de la gestion de trésorerie de la banque, a déclaré que son entreprise cherchait à entrer dans l’industrie de la technologie moderne avec plusieurs initiatives depuis plus d’un an. Rejoindre RippleNet pour toucher le monde de la blockchain est une nouvelle étape pour Attijariwafa Bank.

Attijariwafa Bank a confirmé travailler également avec Thunes, un agrégateur de transfert d’argent et membre du réseau RippleNet. La collaboration sera particulièrement bénéfique pour la population marocaine vivant au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

Il y a quelques mois, le projet blockchain s’est associé à une autre institution bancaire, la Royal Monetary Authority (Central Bank of Bhutan). Leur objectif principal est de lancer une monnaie numérique de banque centrale dans le pays asiatique.

L’Autorité monétaire royale prévoit d’augmenter le renforcement des paiements numériques et transfrontaliers et l’expansion des efforts d’inclusion financière de 85% d’ici l’année prochaine grâce à un effort conjoint avec la société américaine. En tant que seul pays à empreinte carbone négative au monde, le Bhoutan prend très au sérieux les initiatives vertes. Par conséquent, Ripple a expliqué qu’une solution CBDC pourrait correspondre à ses principes car elle est neutre en carbone.

Ripple s’est associé à plus de 200 institutions financières à travers le monde. Les banques pourront effectuer des transactions instantanées et transparentes à l’échelle mondiale.

Les marocains, premiers investisseurs d’Afrique du Nord dans le Bitcoin

Les estimations du fournisseur et agrégateur de crypto-monnaie basé à Singapour Triple A suggèrent que 900 000 personnes (environ 2,4 % de la population totale du Maroc) possèdent actuellement des crypto-monnaies. Cela fait du royaume le premier pays d’Afrique du Nord et le top 50 des détenteurs en pourcentage de population de crypto-monnaie, juste derrière le Portugal.

Les données de Useful Tulips, une plate-forme qui suit les transactions mondiales peer-to-peer BTC, confirment cette tendance. Comme les habitants le savent, le Royaume de l’Ouest a été le leader du commerce de Bitcoin en Afrique du Nord au cours de l’année écoulée, dépassant l’Arabie saoudite lors de l’évaluation de l’ensemble de la région MENA.

Malheureusement pour les passionnés de crypto, rien n’a changé dans les lois sur la crypto ces dernières années. Selon l’agence marocaine des changes, elle ne prendra pas en charge “les systèmes de paiement cachés qui ne sont autorisés par aucune institution financière”. Alors que la loi est entrée en vigueur en 2017, l’interdiction ne l’a pas empêchée d’être adoptée et, comme le montrent les données, les passionnés de cryptographie marocains continuent de contourner la décision.

À proximité, la livre égyptienne a augmenté face au dirham marocain sur le trading BTC. Pendant 30 jours, UsefulTulips a montré que l’Egypte avait 20 000 dollars de marge avant de rattraper le Maroc. Le commerce du BTC et des crypto-monnaies est toujours illégal en Égypte, mais même si une fraction de ses 102 millions d’habitants et de son PIB de 360 ​​milliards de dollars s’engageait dans des activités «illégales», cela changerait le statu quo.

Précédent

Le CAC 40 chute suite aux tensions sur l’Ukraine

Suivant

Fantom dépasse Ethereum en volume de transactions

Derniers articles de Banques