Banque Populaire-Caisse d’Epargne une nouvelle fois fragilisées par Natixis…

dans Banques/News

La fusion entre Banque Populaire et Caisse d’Epargne n’aura décidément jamais de cesse de faire couler de l’encre. Dernier épisode en date dans le long feuilleton qui anime les rubriques bancaires des médias, la nomination de Philippe Dupond de plus en plus contestée. A qui la faute ? A son passé à la tête de Natixis dont les échecs retentissants retombent désormais sur ses épaules au point de remettre en cause sa nomination comme premier président du conseil de surveillance du tout nouvel ensemble…

Pourtant, François Pérol, l’homme fort du nouveau groupe, accorde toujours sa confiance au premier « Bleu ». Les « Bleus » justement, c’est à dire les administrateurs de la Banque Populaire semblaient pourtant faire confinance à l’homme il y a encore quelques semaines tout comme les « Rouges » ceux de la Caisse d’Epargne. mais la donne semble avoir changé et des doutes se seraient immiscés dans les esprits.

Ce serait l’empressement de ce dernier à se débarrasser des fonds d’Etat qui lui ferait défaut. Sa volonté de lever rapidement des capitaux privés pour renforcer les ratios du groupe et retrouver une marge de manoeuvre plus importante est mal perçue. D’aucuns pensent que confondre vitesse et précipitation est un egrave erreur, surtout quand il y a déjà eu un passif qui s’appelle…Natixis.

Gageons que Banque Populaire et Caisse d’Epargne sont une nouvelle fois fragilisées par cet épisode et que Natixis n’a pas fini de jouer des tours au nouveau groupe.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*