Les banques européennes peuvent faire face aux crises graves

/
banques européennes
banques européennes - ©ProfessionalPhoto, CC0 Creative Commons

D’après des tests réalisés récemment, les institutions financières européennes peuvent résister sans trop de perte à des crises économiques très graves. Et ce même quand leurs réserves financières ont été considérablement entamées. Mais comment exactement ces tests ont pu démontrer la force des banques européennes face aux crises économiques ?

Un test aux critères sévères

L’Autorité bancaire européenne a publié vendredi dernier les rapports des tests réalisés sur les banques européennes en parallèle avec un test réalisé avec la Banque centrale européenne. Des tests qui ont pour objectif d’évaluer la résistance de ces institutions face aux crises économiques qui peuvent survenir. Un test en particulier a d’ailleurs été retenu pour préparer ces entités aux pires.

Effectivement, avec ce test, ont été évaluées les conséquences prolongées de la pandémie Covid-19 en plus d’un environnement dont les taux les plus bas seront appliqués pour un certain temps. Il est important de savoir que le contexte de ce test s’étend sur une période de 3 ans à compter de 2020. Et se rapporte à la dégradation du capital des banques européennes estimé à 265 milliards d’euros en 2023. Cela s’explique par la chute pouvant excéder les 3% du PIB de l’Union européenne pendant ces 3 ans.

Un résultat plutôt positif

Toujours selon le contexte du test, le choc provoquera un important changement au niveau du ratio des fonds propres durs des banques. Ce taux est d’ailleurs l’indicateur qui permet de mesurer la solidité financière de ces institutions financières. Ainsi, d’après le test, ce pourcentage passera des 15 % à 10 % après la crise de 3 ans. Ce qui est un résultat plutôt positif qui permet d’attester que les banques de l’Europe peuvent parfaitement faire face à des crises économiques graves.

Ces tests ont toutefois permis de soulever certains problèmes. Comme le fait que les banques qui ne se diversifient pas trop au niveau international ou celles qui appliquent des revenus d’intérêts faibles seront les plus touchées par la dégradation du capital.

Source Lefigaro

Précédent

Trois pays européens ne recevront plus d’offres de produits dérivés de Binance

Suivant

Les actions chinoises ont toujours la côte malgré l’effondrement du marché boursier chinois

Derniers articles de Banques