BCE, Fed : Quand les dinosaures de la finance tentent de comprendre la crypto

/
Christine Lagarde

La Banque de France a organisé hier une conférence sur la “tokénisation financière” pour examiner les crypto-monnaies, le statut de la finance décentralisée (DeFi) et les éventuelles réglementations. Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, et la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, étaient tous deux invités à y assister.

Les tout-puissants en discussion

Mardi, les banquiers centraux se sont réunis au Louvre pour discuter de l’innovation et de la réglementatio mais surtout de l’écosystème crypto.

Alexandre Stachtchenko, co-fondateur de Blockchain Partner et directeur de la blockchain et de la crypto-monnaie chez KPMG France, qui a assisté à la conférence en tant qu’observateur, a fait un tweet ironique sur la conférence, suivi d’un certain nombre de commentaires de “l’écosystème” : “Certains se demandent encore à quoi ressemble le métavers. Je peux dorénavant y répondre : à une conférence de banquiers centraux sur les cryptos.”

Lorsque les responsables de la banque centrale se sont réunis pour discuter des crypto-monnaies, personne issu de l’industrie n’était présent pour apporter une vision contradictoire. Seul Hadrien Zerah, PDG de Nomadic Labs, peut être vu comme tel, mais sa société expérimente une monnaie numérique de banque centrale avec la Banque de France.

L’un des angles d’attaque est la finance décentralisée. Agustín Carstens, président de la Banque des règlements internationaux (BRI), a souligné le manque de réglementation dans le secteur. « Les applications DeFi facilitent l’emprunt, le prêt et les échanges, mais les intermédiaires sont aussi exposés à des risques traditionnels comme la liquidité, les risques de contrepartie, les risques de levier, et la DeFi n’a aucune infrastructure en place pour gérer cela. »

Jerome Powell et Christine Lagarde s’accordent également sur les dangers que représente la finance décentralisée. La présidente de la BCE a spécifiquement mentionné l’impact de l’événement Terra.

« Cet outil est maintenant accepté par les PayPal, MasterCard et Visa de ce monde, et des abus ont eu lieu – que ce soit Terra ou Luna – et certainement par Monsieur Do Kwon, qui est actuellement en fuite. »

Ne pas se faire dépasser par cette technologie

Christine Lagarde et Jerome Powell ont reconnu dans leurs présentations que la croissance explosive de l’industrie de la crypto-monnaie comporte un risque réel d’être dépassé par les banques centrales. « Le monde a été pris par surprise. […] Nous sommes maintenant au stade où entre 10 et 15% des Américains et Européens ont réellement investi dans les cryptos en 2021. »

“La conférence avait pour but de montrer que les présidents des plus grandes banques centrales étaient alignés sur le sujet des cryptomonnaies, de leur encadrement, et prêts à se coordonner sur un sujet global par essence”, explique à BFM Crypto Alexandre Stachtchenko, cofondateur de Blockchain Partner et directeur blockchain et cryptos chez KPMG France.

C’est à ce titre que le président de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé à une coordination internationale pour réguler les cryptomonnaies. Il souhaite également mettre en œuvre la réglementation MiCa (pour les marchés des crypto-actifs) d’ici mars de l’année prochaine.

Une part importante, qui témoigne de l’engouement pour ces nouveaux atouts. Les actifs sont le maître mot car Jérôme Powell, comme Christine Lagarde, refuse de les qualifier de « monnaie ».

Jerome Powell a partagé la même idée, reconnaissant que “certaines de ces activités cryptographiques sont similaires aux activités financières traditionnelles”. Cependant, bien qu’ils semblaient un peu inquiets, les deux dirigeants nous ont expliqué la nécessité de rester à jour pour ne pas être dépassé par ces nouveaux systèmes.

Précédent

Immobilier : les français y croît toujours !

Suivant

Bourse : l’inflation allemande fait chuter tous les marchés

Derniers articles de Crypto