La BCE surprend son monde !

//
argent euros

La Banque centrale européenne a relevé de manière inattendue son taux directeur de 50 points de base dans le cadre de son premier resserrement politique en 11 ans. Un mouvement qui intervient alors que la démission du Premier ministre Mario Draghi a ébranlé la dette italienne. Une pression supplémentaire s’exerce sur la BCE, qui a finalisé son bouclier anti-fragmentation.

Une hausse de 50 points de base du taux directeur

Christine Lagarde n’a pas caché sa satisfaction à l’issue de la réunion de politique monétaire de la BCE qu’elle a présidée. Et pour cause : la Banque centrale européenne, qui a resserré sa politique monétaire pour la première fois en 11 ans, sort à peine de l’ère des taux d’intérêt négatifs. Une décision des membres du Conseil de la Banque centrale prise à l’unanimité.

L’ampleur de la hausse – 50 points de base – est sans précédent depuis la création de l’euro il y a 22 ans. Le taux de dépôt a ainsi été ramené à 0 %, le taux des instruments de refinancement à 0,50 % et le taux des instruments de prêt marginal à 0,75 %.

La BCE emboîte enfin le pas aux autres grandes banques centrales, comme la Réserve fédérale et la Banque d’Angleterre, qui ont commencé à normaliser leur politique monétaire au printemps.

La décision a pris le marché par surprise. La BCE ne peut pas imaginer pire toile de fond pour une décision aussi importante. Certes, la reprise apparente des exportations de gaz russe via le gazoduc Nord Stream 1 a temporairement écarté le spectre d’un choc énergétique brutal plongeant la zone euro dans la récession. Mais la banque centrale a dû faire face à un tremblement de terre en Italie déclenché par la démission du Premier ministre Mario Draghi. L’événement a entraîné une envolée des rendements souverains italiens.

Cependant, la forte augmentation a été très bien accueillie malgré les prévisions des experts en politique monétaire qui estimaient que l’agence s’en tiendrait aux 25 points de base annoncés en juin.

Mais Christine Lagarde fait valoir que l’inflation a fortement augmenté depuis lors – un record de 8,6% en 12 mois en juin – et que les hausses de prix “resteront pendant un certain temps encore à un niveau élevé indésirable”.

Le choix de la hausse des taux de 50 points de base a également contribué à faire approuver à l’unanimité par le Conseil des gouverneurs un autre avantage de l’annonce de la BCE : la création d’un mécanisme anti-fragmentation. Baptisé Transmission Protection Instrument, cet outil doit éviter que les coûts de financement d’un pays ne soient trop étalés par rapport au reste de la zone euro, afin d’éviter une nouvelle crise de la dette.

Comprendre le rôle de la BCE et du taux directeur

“La Banque centrale européenne a été créée en 1998 pour lutter contre l’inflation”, explique Maël Bernier. “Il est plafonné à 0% depuis 2016, car l’inflation en France et ailleurs dans la zone euro est quasi nulle”, a-t-elle ajouté.

En seulement deux ans, la France, l’Europe et le monde entier traversent une crise socio-économique sans précédent. “Face à cette période d’inflation record, la BCE, par la voix de Christine Lagarde, a annoncé ce jeudi une hausse de son taux directeur”, expliquent nos experts. Autrement dit, pour juguler l’inflation, la BCE ralentit la consommation en rendant la monnaie plus chère.

Qui dit hausse des taux directeurs, dit hausse des taux des crédits bancaires. Si les banques empruntent à des taux plus élevés, les banques prêtent logiquement à leur tour à des taux plus élevés.

“Les taux bancaires ont fortement augmenté ces derniers mois, et les particuliers qui empruntaient à 1% il y a un an ont eu de la chance, poursuit le porte-parole de Meilleurtaux.com. Aujourd’hui, les taux tournent autour de 2,5%, et nous pourrions bientôt monter à 3%. “

Précédent

Binance détient désormais plus de BTC que Coinbase

Suivant

La crypto bourse Kucoin est-elle hors de danger ?

Derniers articles de Banques