Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Bénéfices record pour Total

dans Finance/News

Le groupe pétrolier français Total n’aura jamais réalisé un bénéfice d’une telle ampleur qu’en 2008 : les 13.9 milliards engrangés à ce titre pendant l’exercice constituent en outre le plus gros bénéfice jamais réalisé par un groupe français.

Pour autant, cette annonce qui voit le titre Total s’envoler de 10 % ce matin ne suffit pas à redonner le moral aux investisseurs qui s’inquiètent d’autres chiffres et génère une baisse du CAC 40 de l’ordre de -1.12 % sous la barre des 3 000 points. Cette tendance est motivée par les mauvais chiffres annoncés par EDF qui voit son titre perdre quelque 3.5 % et par la plus forte baisse de la Bourse parisienne, à savoir Capgemini.

Par ailleurs, les marchés semblent mal réagir au numéro de funambule auquel s’adonne Peugeot, puisque le groupe a accepté l’aide de l’Etat en contre-partie du maintien de l’ensemble de ses sites et de ses effectifs, et pourtant l’enseigne au lion a affirmé que 11 000 départs volontaires étaient attendus. Comme le souligne un quotidien, le groupe cherche « à réduire la voilure sans braquer l’opinion » laissant transparaitre en cela un déficit évident en matière de communication. Il est d’ailleurs à noter que le plan de soutien français au secteur automobile est vivement critiqué en Europe, notamment par l’Allemagne et Bruxelles où François Fillon se rend afin de défendre le point de vue français.

En France toujours, la répartition des bénéfices est encore au coeur de l’actualité avec les chiffres record de Total qui ne suit pas vraiment la règle des trois tiers évoquée par le Président Sarkozy récemment, puisque dans le cas de Total, 50 % des bénéfices sont injectés dans les investissements, 40 % vont aux actionnaires et seulement 10 % vont aux salariés qui commencent d’ailleurs à grogner. L’agence des cadres l’APEC vient d’annoncer que les chiffres du recrutement des cadres dans l’Hexagone devraient se maintenir à peu près en 2009. De son côté, le MEDEF a écarté l’idée de la CFDT de mettre en place un éventuel fond social. Pour le patronat, l’essentiel est de réduire d’une manière ou d’une autre le coût et le poids des charges sociales…

Enfin aux Etats-Unis, les diverses réactions suite à l’adoption définitive du plan Obama vont bon train, car l’annonce de la nouvelle contraction des ventes de détails outre-Atlantique laissent présager que les dispositions d’allègements fiscaux serviront peut-être à épargner plus qu’à consommer, ce qui constitue la pire crainte des pouvoirs publics. Cette éventualité semble d’ailleurs confirmée par le taux d’épargne qui remonte aux USA…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Finance

facilisis accumsan efficitur. libero leo. odio velit, Donec
Retour en haut