Benoist Grossmann (Idinvest), le dénicheur de talents du capital investissement

dans News

À la tête d’Idinvest depuis 2012, Benoist Grossmann s’est bâti au fil des années une solide réputation de dénicheur de talents. Sa spécialité ? Repérer des sociétés innovantes au fort potentiel de développement et les accompagner. Son point fort ? Une expertise scientifique de haut-niveau qui lui permet de comprendre ce qui, pour d’autres financiers, représentent de purs paris.

Benoist Grossmann n’est pas tombé tout petit dans la marmite de la finance. Il a mené avant cela une autre vie, relevé d’autres challenges. Ce parcours atypique est aujourd’hui sa force. Docteur en biologie, ayant travaillé de nombreuses années pour la Nasa, c’est un scientifique d’excellence, venu à la finance avec les atouts de ses bagages.

Né en Algérie (Ouargla) le 23 décembre 1959, Benoist Grossmann et sa famille s’installent à Paris en 1962. Il suit une formation scientifique et obtient en 1984 un doctorat de biologie de l’Université Pierre et Marie Curie-Paris VI. Son sujet de thèse : la spectroscopie des molécules d’eau et d’oxygène.

Un sujet pointu qui lui vaut d’être recruté par la Nasa pour étudier les évolutions de la couche d’ozone dans l’atmosphère, à une époque où des trous apparaissent à divers endroits au-dessus du globe. Il passe six ans au sein de l’agence spatiale américaine à travailler avec les meilleurs scientifiques du monde sur les technologies les plus pointues.

Retour en France en 1990, toujours dans le domaine de la recherche aérospatiale, où il rejoint Thomson Optronics (l’entreprise est depuis devenue Thales Optronique).

Trois ans plus tard, en 1993, Benoist Grossmann change de vie. Il quitte le secteur de la recherche et rejoint la Financière de Brienne. Un premier pas dans le monde de l’investissement et de la finance qui sera le point de départ d’une nouvelle vie professionnelle.

Très vite, il se spécialise dans les investissements à destination des sociétés innovantes et développe un talent incontestable pour repérer les start-ups aux forts potentiels. Des talents qui sont vite remarqués.

Il rejoint Viventures (fonds de capital-risque de la Générale des Eaux) comme associé en 1998, puis Idinvest (la division capital-investissement de l’assureur AGF) en 2012 comme managing partner et membre du directoire.

Une fois encore le succès est au rendez-vous. Les fonds sous gestion sont multipliés par huit depuis son arrivée à la tête de l’entreprise (de 1 à près de 8 milliards d’euros). Plus impressionnant encore, le tableau de chasse capital-investissement de Benoist Grossmann compte à peu près toutes les success stories du Web français de ces dernières années (Deezer, Criteo, Meetic, Withings, Webedia, Dailymotion ou Winamax).