Bourse : le CAC 40 à la peine pour le 14 juillet

//
france

Le CAC 40 a terminé en forte baisse jeudi et d’autres actions importantes ont chuté après l’annonce indiquant que l’inflation américaine était à son plus haut niveau en 41 ans. Cette surchauffe pourrait entraîner de fortes hausses de taux par la Réserve fédérale, ce qui pourrait tuer l’économie. Les craintes de récession ont également pesé sur le pétrole et l’euro.

L’inflation américaine fait flancher les marchés

Les festivités du 14 juillet et les allocutions du président Emmanuel Macron n’ont pas donné de répit à la Bourse de Paris. Le CAC 40 a chuté jusqu’à 2% dans les échanges de l’après-midi de jeudi avant de clôturer en baisse de 1,41%. L’indice phare de la France est passé sous la barre des 6 000 mercredi après des données sur l’inflation américaine plus élevées que prévu. Outre-Atlantique, les prix ont augmenté de 9,1 % en un an, le plus depuis 1981.

Les espoirs des investisseurs d’un ralentissement de l’inflation et d’un ralentissement de la hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale ont été déçus. “Je soutiens une hausse de 75 points de base supplémentaires”, a déclaré jeudi Christopher Waller, l’un des gouverneurs de la Fed. Il a été le premier responsable depuis juin à appeler publiquement à une hausse des taux d’au moins 75 points de base fin juillet, ajoutant qu’il était possible “d’éviter une récession”. Une façon d’atténuer le risque que la hausse des coûts du crédit n’affecte l’économie.

Inflation et résultats d’entreprises décevants donnent un résultat intrinsèquement mauvais pour la santé des indices boursiers. Le CAC 40 parisien a baissé de 1,41% à 5 915,41 (-17% depuis janvier), le Dax allemand a baissé de 1,86% (-21%) et l’indice Stoxx des 600 premières entreprises européennes par capitalisation boursière a baissé de 1,53% (-17%) depuis janvier ). La bourse de Milan a même chuté de près de 3 % sur fond de crise politique.

L’écart de crédit sur les obligations italiennes (l’écart de rendement sur les Bunds allemands) était même proche de 220 points de base, qui a grimpé à 245 points de base en juin. Les marchés américains étaient moins optimistes après les données d’inflation de mercredi (en hausse de 9,3 % en juin) et ont de nouveau tendance à baisser.

Les résultats des banques américaines décevants

« Les tensions géopolitiques, l’inflation élevée, le déclin de la confiance des consommateurs, l’incertitude sur la hausse des taux et le resserrement quantitatif sans précédent et leurs effets sur la liquidité mondiale sont très susceptibles d’avoir des conséquences négatives sur l’économie mondiale. »

L’avertissement de Jamie Dimon, président de la puissante banque américaine JPMorgan Chase, n’a pas été une surprise, mais il a tout de même refroidi les marchés financiers. Surtout depuis sa création, la plus grande entreprise américaine en termes d’actifs a déçu en annonçant une baisse de 28% de ses bénéfices au deuxième trimestre alors qu’elle se préparait à d’éventuelles pertes liées aux risques de récession.

Pour être précis, elle a enregistré une provision de 1,1 milliard de dollars (en euros), alors que l’an dernier, 3 milliards de dollars avaient été débloqués. À New York, le titre a chuté de 4 %.

Sa collègue Morgan Stanley ne s’en est pas beaucoup mieux tiré : son action a chuté de 1,4 %. Le bénéfice de la banque est tombé à 2,4 milliards de dollars (en euros), soit 1,39 dollar par action au cours du trimestre clos le 30 juin, en raison d’un net ralentissement de l’activité de banque d’investissement et de conseil en fusions et acquisitions dans un contexte de volatilité effrénée du marché, soit 1,85 $ par action.

Tout cela est de mauvais augure pour Citigroup et Wells Fargo, qui doivent se conformer à l’action trimestrielle de vendredi en même temps que BlackRock, le premier gestionnaire d’actifs mondial.

Précédent

Disney sélectionne Polygon pour son programme d’accompagnement au start ups

Suivant

The Merge : nous connaissons la date de lancement provisoire !

Derniers articles de Bourse