Progression de la Bourse malgré la 4ème vague de Covid-19 qui menace

/
Banque Centrale Européenne (BCE)
Banque Centrale Européenne (BCE) - ©oberaichwald, CC0 Creative Commons

Une 4ème vague de Covid-19 menace avec le variant Delta qui ne cesse de se propager. De nombreux pays sont actuellement touchés. Et dans le même temps, la bourse grappille. D’après le président du cabinet ACDEFI, Marc Touati, les banques centrales maintiennent des stratégies pour assurer l’alimentation des marchés actions.

Une situation bénéfique pour les investisseurs

Le variant Delta progresse de manière rapide et peut-être une source de rechute de l’activité économique mondiale. La fin 2021 et l’année 2022 pourraient ainsi être difficiles pour de nombreux secteurs. Malgré cela, les marchés boursiers ne cessent de croître. En effet, avec la menace de nouvelle vague épidémique du variant delta, les investisseurs peuvent être satisfaits des marchés boursiers. La situation d’aujourd’hui leur est bénéfique.

Les marchés boursiers en progression

Les banques centrales, avec la pandémie, présentent un taux d’intérêt, ce qui est bien évidemment avantageux pour les instituts bancaires. C’est ainsi la raison pour laquelle ces derniers sont obligés de maintenir la situation pour que les marchés boursiers soient à tout moment en progression. De cette façon, les banques centrales vont tout faire pour masquer les menaces inflationnistes. C’est ainsi le cas des indices des prix à la consommation et à la production de juillet des États-Unis qui ont été publiés ce mercredi.

Cette stratégie a été adoptée pour maintenir comme il se doit la politique adaptée par la Réserve Fédérale.

Les chiffres selon la publication des prix de la production et consommation aux US

Selon les chiffres publiés, le taux annuel des prix à la consommation des États-Unis est de 5,4%. Aucun mouvement remarquable n’est constaté. Pourtant, ce pourcentage reste un chiffre record depuis l’été 2008. Pour ce qui est du taux annuel des prix à la production, celui-ci est de 7,8% s’il a été 7,3% en juin. Bien évidemment, ceci reste un record depuis l’été 2009. Cette montée du prix lié à la production s’aperçoit dans tous les pays.

Source Capital

Précédent

Valorisation des fonciers inutilisés : Solutions de Bouygues Immobilier & Omnes Capital

Suivant

Immobilier : les acheteurs préfèrent les maisons en périphéries des grandes villes

Derniers articles de Finance