Bourse de Paris : une baisse de 1.08% ce vendredi 03 septembre 2021

/
Bourse de Paris
Bourse de Paris - ©GJR-R Photography, Gary Roustan, FlickR Creative Commons

Après de nombreux jours d’augmentation en valeur, la Bourse de Paris a clôturé vendredi avec une légère baisse. La régression correspond à 1,08% de sa capitalisation. Cette perte a sans doute un rapport avec la création d’emplois aux États-Unis qui touche le marché boursier du monde entier.

La tendance des indices

L’indice vedette CAC 40 a été victime d’une perte de 73,09 points. De cette manière, il est actuellement à 6 689,99 points. La baisse en valeur a aussi touché le géant de la grande distribution Carrefour. Il perdait de -2,23 % à 15,53 euros. Sur la semaine, le titre a perdu 8,11% en 7 jours. À savoir que le milliardaire Bernard Arnault a pris le soin de vendre sa participation.

Par contre, la cote parisienne a pu monter en valeur qui est de l’ordre de 0,12%. Depuis le début de l’année 2021, un gain de 20,51% a été constaté. Aussi, le luxe a aussi progressé en valeur.

Un rapport d’emplois américains insatisfaisant

Très attendu par les investisseurs, le rapport mensuel du département du Travail américain présente un grand impact au niveau boursier. Pour le cas du secteur de l’enseignement, ceci doit offrir à la Réserve fédérale américaine (la FED) l’occasion d’avoir une décision sur un calendrier de réduction du soutien monétaire. Effectivement, il y a plus d’un an, ce dernier a pu permettre au marché boursier d’être dans le vert. Pourtant, la FED se trouve dans une situation qui lui est défavorable selon Andréa Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Un soutien monétaire prolongé

Seulement 235 000 emplois ont été créés pour ce mois d’août alors que les économistes attendent jusqu’à 750 000 nouveaux postes. Effectivement, ce nombre d’emplois a grandement régressé par rapport à celui de juin et juillet. C’est grâce à ce fait que l’institution monétaire a pris la décision de prolonger son soutien. Heureusement, il y a plusieurs mois, la FED ne cessait de dire que son aide ne serait pas réduite tant que l’économie et le marché de l’emploi américain ne seraient pas stables. Ceux-ci doivent se remettre de la crise économique et sanitaire causée par la pandémie Covid-19.

Source Lecourrier

Précédent

Boursorama Banque : 130 euros de bonus pour l’ouverture d’un compte

Suivant

Crypto RBIS : une augmentation de 500% par rapport au Bitcoin

Derniers articles de Finance