Bourse : Google annonce à son tour un plan de licenciement

/
google pay

Sundar Pichai, le patron d’Alphabet, la maison mère de Google, a justifié la suppression de ces 12.000 emplois par la conjoncture actuelle qui contraint l’entreprise à réduire ses effectifs, cela représente 6 % de ses effectifs. Google est ainsi devenu le dernier géant américain de la tech à lancer un programme social à grande échelle.

La plan de licenciement concerne 6% des effectifs de Google

Après une vague d’embauches pendant la pandémie de Covid-19, l’industrie technologique continue d’être frappée par une vague de licenciements massifs : Google est le dernier géant américain de la technologie à annoncer des plans de licenciements massifs. Vendredi 20 janvier, Sundar Pichai, le patron de la société mère Alphabet, a déclaré que 12 000 emplois seraient supprimés.

« Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire. Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui », écrit le PDG, qui assure « assumer l’entière responsabilité des décisions qui [les] ont conduits ici ».

Alors que plus de 150 000 emplois ont été supprimés aux États-Unis l’an dernier, c’est maintenant au tour de Google d’annoncer un plan de licenciement majeur. Fin septembre 2022, Alphabet comptait près de 187 000 employés dans le monde. Par conséquent, cette vague de licenciement représente un peu plus de 6 % de ses effectifs.

Les suppressions d’emplois concernent “l’ensemble des divisions, des fonctions, des niveaux de responsabilité et des régions”, a déclaré le PDG, sans donner plus de détails.

Si les employés américains concernés ont déjà été informés, dans d’autres pays, le processus prendra plus de temps en vertu de la législation du travail locale.

Aux États-Unis, les employés licenciés recevront au moins 16 semaines de salaire, des primes jusqu’en 2022, des congés payés et six mois d’assurance maladie. Les salariés étrangers domiciliés aux Etats-Unis pourront également bénéficier d’une assistance dans les démarches judiciaires s’ils souhaitent rester aux Etats-Unis.

La fin de l’hypercroissance de la tech ?

Google annoncera ses résultats financiers 2022 le 2 février. A l’instar du secteur tech dans son ensemble, le groupe a été affecté par un environnement économique dégradé, qui a incité ses clients professionnels à la prudence dans leurs dépenses en publicité et en services cloud.

L’annonce fait suite à l’annonce de Microsoft mardi qu’elle supprimait 10 000 emplois. Le même jour, Amazon a informé des milliers d’employés qu’ils perdraient leur emploi. Au total, le géant du e-commerce a supprimé plus de 18 000 emplois depuis novembre.

« Les piliers de la tech ont embauché à un rythme qui était insoutenable et la dégradation de l’environnement macroéconomique les force désormais à licencier », a commenté Dan Ives de Wedbush Securities. « Minuit a sonné pour l’hypercroissance alors que les entreprises technologiques ont dépensé de l’argent comme les stars de rock dans les années 1980 », a poursuivi l’analyste.

Alphabet a affiché sa plus faible croissance en neuf ans en octobre, excepté le début de la pandémie. En conséquence, le bénéfice net de 14 milliards de dollars au troisième trimestre a été bien en deçà des attentes.

En d’autres termes, alors que Google est toujours rentable, ses revenus publicitaires diminuent. Le chiffre d’affaires américain a atteint 69,1 milliards de dollars au troisième trimestre, en hausse de 6% par rapport à il y a un an.

Après une période faste, en particulier au plus fort de la pandémie de Covid-19 et des confinements, dans un contexte d’inflation élevée et de taux d’intérêt en hausse, le secteur de la technologie traverse désormais une période plus difficile.

Près de 194 000 travailleurs américains de l’industrie ont perdu leur emploi depuis le début de 2022, selon le site spécialisé Layoffs.fyi, sans compter l’annonce d’Alphabet vendredi.

Précédent

Immobilier : le luxe (très) loin de la crise !

Suivant

A quoi joue Sam Bankman Fried ? La justice américaine lui confisque 700 millions de dollars

Derniers articles de Bourse