La Bourse de Paris clotûre (enfin) dans le vert

//
CAC40 bourse

LVMH, Hermès, Kering et L’Oréal, qui représentent à eux seuls près du quart du Cac 40, ont fait fi de leurs plus bas niveaux cette année grâce à des achats bon marché.

Fin d’une chute de 6% en hebdomadaire

La Bourse de Paris a repris un peu de hauteur après avoir chuté pendant quatre séances consécutives, le Cac 40 ayant chuté de 6 % a pu compter sur les achats à bon compte. Un premier rallye à Wall Street a également soutenu la tendance. Les banques et les valeurs de croissance ont été les plus recherchées en raison des inquiétudes suscitées par le resserrement monétaire des principales banques centrales et des signes de stabilisation de l’économie mondiale.

La Bourse de Paris s’est redressée un peu mardi grâce à des achats bon marché. Après avoir chuté de près de 3% lundi, le Cac 40 a légèrement augmenté de 0,51% pour terminer la séance à 6 116,91 après trois semaines consécutives de pertes.

L’amélioration relative du sentiment sous-jacent se reflète dans l’assouplissement observé sur les marchés obligataires. Le rendement du Trésor américain à 10 ans est tombé sous la barre des 3 % pour la première fois depuis fin 2018.

Cependant, la volatilité devrait encore rester élevée pendant un certain temps, du moins jusqu’à ce que les données économiques montrent que l’inflation se stabilise, comme en témoignent les données américaines attendues aujourd’hui.

Les questions sur la trajectoire des taux de la Fed n’ont pas disparu et les acteurs du marché surveilleront demain les statistiques des prix à la consommation aux États-Unis pour avril. Après avoir atteint un sommet de 40 ans de 8,5 % en mars, les analystes s’attendent à ce que la croissance d’une année sur l’autre ralentisse à 8,1 %.

Le secteur du luxe rebondit entraînant avec lui le Cac 40

Les quatre grandes composantes du luxe, à savoir LVMH, Kering, L’Oréal et Hermès, sont tombées lundi à leurs plus bas niveaux de l’année (l’annonce de nouvelles restrictions en Chine et la confirmation d’un ralentissement de la deuxième économie mondiale, le grand marché pour ces sociétés ), compte tenu du poids du Cac 40 dans l’indice (environ 22 %) et de son poids dans une autre industrie, Airbus, elles ont largement contribué au rebond du Cac 40.

L’avionneur a progressé de près de 1% aujourd’hui après avoir annoncé avoir reçu 98 nouvelles commandes et livré 48 avions en avril. La Société Générale a relevé sa recommandation sur le titre de “conserver” à “acheter” et relevé son objectif de cours à 132 euros contre 126 euros.

Pendant ce temps, l’absence d’issue prévisible du conflit en Ukraine et un ralentissement du commerce extérieur de la Chine assombrissent les perspectives économiques mondiales. D’autant plus que Pékin ne semble pas envisager d’abandonner sa politique “zéro Covid-19”, qui a paralysé de nombreuses villes et entreprises chinoises.

Euroapi (+5%) est à nouveau sollicité, les courtiers recommandant l’achat du titre de spécialiste des principes actifs pharmaceutiques. Mettant en avant le leadership du groupe sur des marchés en croissance structurelle, Deutsche Bank a commencé à surveiller les valeurs « d’achat » avec un objectif de 20 €. Exane BNP Paribas et Oddo BHF ont commencé à publier des valeurs “surperformantes”.

Stellantis a augmenté de 1%, tandis que Berenberg achète le titre. Hormis les constructeurs franco-italiens, c’est un “achat” pour BMW et GM et une “réserve” pour Ford, Volkswagen, Tesla et Renault.

Trigano a gagné 6,2 %. Les chiffres des six premiers mois de l’exercice 2021-2022 montrent la capacité de l’entreprise à augmenter ses prix de vente dans un contexte de coûts d’approvisionnement serrés et de pénurie de châssis.

Dans d’autres rapports d’analystes, le Stifel a lancé un “hold” sur la couverture d’Alstom avec un objectif de cours de 23 euros. L’action des équipementiers ferroviaires s’apprécie de 1,23%.

Précédent

Reprendre une entreprise : mener à bien son projet de A à Z

Suivant

El Salvador ajoute 500 Bitcoins à sa trésorerie

Derniers articles de Bourse