Les bourses mondiales se redressent, jusqu’à quand ?

//
CAC40

La Bourse de Paris devrait augmenter légèrement ce matin après Wall Street. L’EUR/USD reste au-dessus du pair. Mais l’inflation reste une préoccupation majeure après la flambée des prix de l’autre côté de l’Atlantique.

Inflation et Russie alimentent les espoirs comme les craintes des marchés

Les marchés mondiaux étaient en hausse mardi alors que les investisseurs espèrent que les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream 1 reprendront jeudi comme prévu. Les actions de Wall Street ont fortement accéléré après leur chute : le Dow Jones a gagné 1,64%, le S&P 500 a gagné 1,97% et le Nasdaq a gagné 2,27% peu avant 16h00.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a exprimé son optimisme mardi sur le fait que les États-Unis pourraient éviter une récession dans les mois à venir grâce au marché du travail et à une consommation saine.

À New York, le S&P 500 et le Nasdaq Composite ont clôturé en hausse de 2,8 % et 3,1 %, respectivement, soutenus par des résultats d’entreprise globalement meilleurs que prévu. Après une perte moins importante que prévu au deuxième trimestre, Netflix a également calmé les esprits en Bourse en tablant sur un retour à la croissance des abonnés au troisième trimestre. L’action a augmenté de 7,8 % après la fermeture.

Les actions européennes ont baissé dès l’ouvertureégalement avant de changer de direction. La Bourse de Francfort, la plus touchée par les tensions gazières entre la Russie et l’Europe, a progressé de 2,69%. A la veille d’une échéance politique importante pour la survie du chef du gouvernement italien Mario Draghi, Paris était en hausse de 1,79%, Londres de 1,01% et Milan de 2,49%.

Outre la réouverture potentielle du gazoduc Nord Stream 1, la Russie et l’Ukraine sont proches d’un accord pour lever les restrictions sur les exportations de céréales vers la mer Noire, a déclaré le Financial Times, citant des sources proches des discussions aux Nations Unies. De tels accords, toujours conditionnés à la sécurisation des ports, pourraient avoir un impact favorable sur les prix alimentaires.

Cette hausse profite au secteur bancaire

La paire euro-dollars (EUR/USD) a poursuivi sa forte remontée à 1,0246$ (+0,98%) vers 15h45. Jeudi, la Banque centrale européenne doit relever son taux directeur pour la première fois depuis plus d’une décennie pour lutter contre l’inflation.

L’inflation est restée au centre des préoccupations alors que les prix à la consommation au Royaume-Uni ont atteint un sommet de 40 ans de 9,4 % en juin par rapport à l’année précédente.

Plusieurs responsables de l’agence ont mentionné une augmentation de 0,25 point de pourcentage, mais une augmentation de 0,50 point de pourcentage est également une option à considérer pour les investisseurs.

Cette perspective a fait grimper les valeurs bancaires européennes telles que Deutsche Bank (+4,47%), Société Générale (+3,97%), UniCredit (+6,40%). Le secteur financier américain a également bien performé, avec BlackRock en hausse de 4,14 % et Goldman Sachs en hausse de 4,60 %.

Les principaux marchés boursiers européens devraient ouvrir en légère hausse ce mercredi grâce aux bons résultats des entreprises américaines et à la perspective que la Russie reprenne ses livraisons de gaz vers l’Europe.

Si l’on se fie aux premières indications disponibles, le CAC 40 de Paris devrait ouvrir en hausse de 0,3%, le Dax de Francfort de 0,47%, le FTSE de Londres de 0,43% et l’EuroStoxx 50 de 0,14%.

Sur le plan des entreprises, Carrefour a annoncé la signature d’un accord portant sur la cession de sa participation de 60 % dans Carrefour à Taïwan au groupe Uni-President, marquant le recentrage du distributeur français sur l’Europe et l’Amérique latine. Le prix de l’opération pourrait atteindre 1 milliard d’euros.

Précédent

Crypto : un des cofondateurs de Ripple a empoché 3,14 milliards en 8 ans

Suivant

Londres veut modifier ses règles financières et s’éloigner encore un peu de l’Europe

Derniers articles de Banques