Le Brésil et l’Argentine entament de nouvelles discussions concernant une monnaie commune

/
Brésil crypto
Le brésil et les cryptomonnaies - ©Pixabay, CC0 Creative Commons

Cette semaine, des représentants des gouvernements brésilien et argentin se réuniront à Buenos Aires pour discuter d’un projet de monnaie commune entre les différents pays de la région. L’objectif de la monnaie est clair : accroître les échanges sur le continent tout en réduisant l’impact du dollar.

Le Brésil et l’Argentine relance leur projet de monnaie commune

Le Financial Times rapporte que les gouvernements du Brésil et de l’Argentine envisagent de créer une nouvelle monnaie commune. Tous les pays de la région sont invités à s’y joindre.

Le journal a cité des responsables gouvernementaux disant que l’objectif était de “stimuler le commerce régional et de réduire la dépendance à l’égard du dollar américain”.

Pour mettre en œuvre le projet, les deux pays prévoient d’en discuter lors d’un sommet à Buenos Aires cette semaine : un plan de suivi doit être élaboré pour développer cet instrument monétaire dans les années à venir.

Le ministre argentin de l’Economie, Sergio Massa, a déclaré au Financial Times que le pays sud-américain “étudierait les paramètres nécessaires à la création d’une monnaie commune”. Les réflexions allaient des “problèmes fiscaux à la taille de l’économie et au rôle des banques centrales”.

« Il sera décidé d’étudier les paramètres nécessaires à la création d’une monnaie commune, ce qui englobe tout, des questions fiscales à la taille de l’économie et au rôle des banques centrales. […] C’est l’Argentine et le Brésil qui invitent le reste de la région. »

Face aux doutes, l’ambassadeur d’Argentine au Brésil a précisé que “cela ne signifie pas que chaque pays n’aura plus sa propre monnaie, mais que cela signifie l’unification de l’intégration et l’augmentation des échanges à travers ce bloc régional”.

Cependant, le mot “intégration” a signifié des ambitions similaires à celles de l’UE. M. Massa a également demandé une “étude sur le mécanisme d’intégration commerciale”, très similaire au “marché unique” de l’UE.

S’allier pour s’émanciper du dollar

Si les deux puissances de la région parviennent à un accord, la nouvelle monnaie ne sera déployée qu’après des années de discussions et de débats : selon Sergio Massa, il a fallu 35 ans à l’Europe pour développer l’euro. Le Brésil aura donc le temps de tester et d’émettre sa propre monnaie numérique de banque centrale (MNBC) avant qu’une telle monnaie commune n’émerge.

Nous devrions recueillir plus d’informations cette semaine. Le point “Sur” est à l’ordre du jour de la réunion de la Communauté des États d’Amérique latine à Buenos Aires le mardi 24 janvier.

Créer une nouvelle monnaie pour cette partie du monde n’est pas anodin. En 2002, le dollar américain représentait 70 % des réserves de change de la banque centrale, mais cette part a diminué au cours des 20 dernières années, atteignant 59 % en 2020.

En d’autres termes, les pays du monde entier s’éloignent progressivement du dollar pour réduire l’impact des politiques américaines sur leurs économies territoriales.

Parce que la puissance économique d’un seul pays ne suffit pas à faire face à l’hégémonie monétaire des États-Unis, certains pays ont l’ambition de constituer des régions géographiques, rassemblant des pays autour d’une monnaie commune ou d’une monnaie unique.

Pour rappel, alors que les monnaies communes sont distribuées parallèlement aux monnaies nationales, une monnaie unique remplace à terme la monnaie des territoires qu’elle comprend (par exemple l’euro).

Des doutes et des opposants

Le Financial Times a noté que la banque centrale du Brésil s’est jusqu’à présent opposée à l’établissement de Sur avec l’Argentine. En effet, Buenos Aires, avec un taux d’inflation proche de 100%, sera la première bénéficiaire d’une monnaie qui reposera à terme sur les épaules du Brésil.

Pourtant, les deux pays étant désormais dirigés par des partis socialistes, le projet Sur sort du tiroir. Cela peut offrir l’espoir d’empêcher Javier Milei de se présenter à un référendum lors de l’élection présidentielle d’octobre.

Il convient de noter que l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale sont des régions pionnières en quête d’indépendance monétaire et financière : en septembre 2021, El Salvador a adopté le Bitcoin (BTC) comme monnaie légale aux côtés du dollar américain, suscitant le mécontentement des États-Unis, du Fonds monétaire international et l’organisation du Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

Précédent

L’Etat, actionnaire d’EDF à plus de 90%, doit encore attendre une décision de justice

Suivant

Les entreprises accusant des retards de paiement sanctionnées par la Banque de France

Derniers articles de Crypto