Calculer le rendement locatif de son investissement immobilier.

dans Banques/News

Les professionnels le savent, mais le commun des mortels qui s’intérèsse à un éventuel investissement locatif n’est lui pas toujours au fait des méthodes mathématiques qui permettent d’évaluer l’intérêt d’une telle opération en terme de rendement locatif. Même si l’immobilier vient de traverser une période délicate, il n’en reste pas moins le mode d’épargne privilégié des Français. Il faut dire que depuis des années le rendement locatif brut oscille en moyenne autour des 4 à 5 %, voire même au-delà en s’appuyant sur des dispositifs de défiscalisation performants. Comparativement à d’autres placements, c’est une fourchette attractive. Comment calcule-t-on ce rendement ?

Trois éléments sont à prendre en considération dans votre calcul : votre investissement total (incluant tous les frais), le montant du loyer brut attendu ainsi que les différentes charges qui doivent comprendre les charges non imputables au locataire et les impôts.

Le calcul est ensuite très simple : vous faites la différence entre recettes annuelles et charges annuelles que vous diviserez ensuite par le coût total de l’investissement. A titre d’exemple, un appartement qui vous coûte 75 000 €uros et qui vous rapporte 7 000 €uros de loyers bruts assortis de 3 500 €uros de charges diverses a un rendement de (7 000-3 500)/75 000 x 100, soit 4.66 %. Un rapport plus que convenable.

A l’inverse, il est aussi possible de calculer le prix d’achat maximal à ne pas dépasser pour l’investissement locatif en sa basant sur le loyer escompté. Pour ce faire, il suffit de diviser le loyer annuel hors charges par le taux de rendement attendu. Si vous comptez par exemple louer un appartement 700 €uros/mois et que vous souhaitez obtenir un taux de rendement de 5 %, vous ne devrez pas l’acheter plus de 8 400/0.05, c’est à dire 168 000 €uros.

Ces calculs sont des outils de base qui n’intègrent pas toutes les données de toutes les opérations, notamment en cas d’emprunt ou encore les amortissements de défiscalisation dans les charges.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*