Changement de ton à venir pour la BCE

/
Christine Lagarde

De petites pertes à la mi-journée, qui se sont intensifiées dans l’après-midi suite au discours plus ferme que prévu de Christine Lagarde sur l’inflation, la Bourse de Paris a fini dans le rouge hier soir après trois séances de hausse consécutives. La Banque Centrale Européenne ne ferme plus la porte à une hausse des taux en 2022.

La BCE fait mal aux marchés européens

Les actions européennes ont terminé en forte baisse jeudi, Wall Street entrant également en territoire négatif à midi, alourdie par ce que la société mère de Facebook, Meta Platforms, considère comme des prévisions décevantes et par la décision de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BoE) de lutter ensemble contre l’inflation. À Paris, le CAC 40 a clôturé en baisse de 1,54% à 7 005,63. Le Footsie britannique a chuté de 0,71% et le Dax allemand de 1,57%.

Après avoir augmenté pendant trois séances consécutives, le CAC 40 a vu ses pertes nettement augmentées à partir de 14h30, lorsque la présidente de la BCE s’est exprimée, alors le maintien de sa politique monétaire était attendue. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a reconnu jeudi que l’inflation dans la zone euro était plus forte que prévu et que les risques étaient à la hausse. Elle n’a pas affirmé qu’une hausse des taux était improbable cette année, contrairement à ce qu’elle affirmait plus tôt. La Banque d’Angleterre a de nouveau relevé son taux directeur à 0,5 %, quatre des neuf membres de son comité de politique monétaire (MPC) votant pour une hausse plus importante des taux de 0,75 %, afin de lutter contre ses nouvelles prévisions de 7% d’inflation au printemps.

Aucune décision n’a été prise quant à la hausse du taux directeur. “Je ne prendrais jamais d’engagement sans conditions, il est plus important d’être très prudent à ce stade. Nous évaluerons la situation très attentivement sur la base des données. Nous terminerons cela en mars”, a-t-elle déclaré. Peu probable, le scénario d’augmentation des coûts monétaires cette année semble de plus en plus probable pour le marché. La probabilité que la BCE relève ses taux d’intérêt en juin est estimée à 80%, selon les estimations compilées par Bloomberg. La probabilité de deux augmentations d’ici octobre ont été évaluées à 100 %.

Suite à cela les rendements des obligations d’État, qui reflètent les anticipations de taux futurs, bondissaient à nouveau, le taux à 10 ans allemand (référence Europe) grimpant à 0,13% contre 0,04% la veille, lorsque les taux américains atteignaient 1,83% sur la même période, en hausse de 70 points de base. Les rendements obligataires britanniques à 10 ans ont augmenté à 1,37% contre 1,26% la veille après que la Banque d’Angleterre a annoncé des attentes pour une hausse des taux de 0,25 point à 0,5%.

Pas la joie à Wall Street

Aux États-Unis, ce n’est pas la politique monétaire qui inquiète les investisseurs, mais le déclin de Meta Platforms. L’ancien titre Facebook a chuté de 25,7 %, sa plus forte baisse jamais enregistrée. 200 milliards de dollars de capitalisation boursière ont été réduits en poussière. Le réseau social créé par Mark Zuckerberg a perdu des utilisateurs pour la première fois au quatrième trimestre 2021. Le bénéfice net par action a été inférieur aux attentes. Le groupe souffre de la concurrence de TikTok, des nouvelles règles de confidentialité d’Apple et de considérations plus économiques. Une partie de la faible croissance est liée à l’inflation et aux problèmes de chaîne d’approvisionnement.

Au même moment, le Dow Jones a perdu 1% et le S&P a cedé 1,7%. Également sanctionné pour le ralentissement de sa croissance en 2021 et l’absence de prévisions sur l’exercice en cours, Spotify abandonne 16,6%.

Précédent

La Banque de France se satisfait de la baisse du nombre de fraude lors des paiements en ligne

Suivant

Loi Lemoine, pour une assurance de prêt immobilier flexible

Derniers articles de Bourse