La Chine envisage d’interdire les introductions en bourse aux États-Unis d’entreprises technologiques nationales possédant des données sensibles

/
Chine Vs USA
Combat économique : Chine Vs USA - ©surf-finance.com CC0 Creative Commons

Pékin envisage de nouvelles règles qui empêcheraient les sociétés Internet nationales de s’introduire en bourse aux États-Unis, a rapporté vendredi le Wall Street Journal.

Les régulateurs chinois ciblent spécifiquement les entreprises de technologie ayant des données liées aux utilisateurs, et les entreprises qui ont moins de données, comme les produits pharmaceutiques, pourraient être exemptées de l’interdiction d’introduction en bourse, a rapporté le Journal, citant des personnes connaissant bien le sujet.

Les actions d’Alibaba ont chuté de près de 3 % dans les échanges avant bourse vendredi, après avoir perdu 15 % au cours de ce seul mois. L’Invesco Golden Dragon China ETF, qui suit les actions chinoises cotées aux États-Unis et constituées d’ADR de sociétés dont le siège social et la société sont situés en Chine continentale, a perdu 26 % ce trimestre dans un contexte de pression réglementaire accrue.

Les nouvelles règles n’ont pas été finalisées et Pékin prévoit de les mettre en œuvre vers le quatrième trimestre, selon le Journal.

En début de semaine, l’autorité chinoise de régulation de la cybersécurité a défini deux aspects de la réglementation auxquels les entreprises souhaitant s’introduire en bourse doivent se conformer : d’une part, les lois et réglementations nationales et, d’autre part, la garantie de la sécurité du réseau national, des « infrastructures d’information critiques » et des données personnelles.

Les industries concernées par les données critiques comprennent les services publics de communication et d’information, l’énergie, les transports, les travaux hydrauliques, la finance et les services publics, ont déclaré les régulateurs.

Pékin s’attaque déjà aux secteurs de la technologie, de l’éducation et des jeux, tout en renforçant les restrictions sur les flux de données transfrontaliers et la sécurité. Le gouvernement s’en est pris à certaines des entreprises les plus puissantes de Chine, dont Didi, Alibaba et Tencent.

Entre-temps, la SEC (Securities and Exchange Commission) a renforcé sa surveillance des entreprises chinoises qui cherchent à entrer en bourse aux États-Unis. L’agence a déclaré qu’elle exigerait des divulgations supplémentaires sur la structure de l’entreprise et tout risque d’actions futures de la part du gouvernement chinois.

Les « entités à intérêt variable » sont une structure utilisée par les grandes entreprises chinoises, d’Alibaba à JD.com, pour entrer en bourse aux États-Unis tout en échappant à la surveillance de Pékin, car le pays n’autorise pas la propriété étrangère directe dans la plupart des cas.

Ces entités à intérêt variable permettent à des sociétés d’exploitation basées en Chine d’établir des sociétés écrans offshore dans une autre juridiction et d’émettre des actions aux actionnaires publics.

Source CNBC

Précédent

La Banque populaire de Chine condamne une fois de plus le bitcoin et les crypto-monnaies

Suivant

Le gouvernement fédéral veut démanteler Facebook, rien que ça !

Derniers articles de Finance