Coinbase va à nouveau licencier une grosse partie de ses effectifs

//
licenciement

Coinbase va licencier 2 000 employés d’ici six mois. L’entreprise symbolise les difficultés d’une industrie déstabilisée par la spéculation, les scandales et, plus surprenant, la hausse des prix de l’énergie.

Un nouveau plan de licenciement, 6 mois après le précédent

Il est temps pour les plateformes de trading de crypto-actifs de rationaliser les coûts. Après que Kraken aux Etats-Unis ait annoncé son retrait du Japon pour faire des économies, c’est au tour de son compatriote Coinbase d’annoncer des licenciements.

Cotée au Nasdaq, la plateforme, comme ses rivales, est encore sous le choc du scandale de son ancien rival, FTX.

Ainsi avant l’incident FTX, Coinbase, qui anticipait déjà un “hiver crypto” en raison des hausses de taux des banques centrales et de l’aversion au risque, a annoncé mardi qu’il licencierait près de 950 employés, soit plus de 20% de ses effectifs.

Coinbase a déjà licencié 18% de ses effectifs en juin dernier, après un premier coup donné sur le marché de la crypto-monnaie avec l’effondrement de l’écosystème Terra.

Le nouveau programme social, qui doit être achevé d’ici le deuxième trimestre, coûtera à l’entreprise entre 149 et 163 millions de dollars, selon les estimations fournies dans un dossier déposé auprès de la Securities and Exchange Commission.

Les employés licenciés recevront une compensation financière. Ceux qui sont en poste aux États-Unis recevront au moins 14 semaines de salaire, une assurance maladie et d’autres avantages salariaux.

Coinbase espère réussir à réduire les dépenses d’exploitation d’environ 25 % au premier trimestre 2023 par rapport au trimestre précédent.

Le bear market en cause

À l’ouverture de Wall Street mardi, les actions Coinbase ont chuté de 2,7% à 38,2 dollars dans le commerce électronique de pré-ouverture.

Lorsque l’entreprise a été introduite en bourse en avril 2021, au pic de la crypto-monnaie alimentée par la numérisation des échanges, les valeurs technologiques surévaluées et les craintes d’inflation, le titre valait plus de 342 $ (le titre est en baisse de 88,8% depuis ce moment-là).

“En 2022, le marché des cryptomonnaies a connu une tendance à la baisse, tout comme la macroéconomie en général”, a affirmé le patron de Coinbase, Brian Armstrong, dans un message aux employés.

Le concurrent de Binance supporte le poids de la dépréciation du marché. La valorisation de l’ensemble des crypto-monnaies est de 870 milliards de dollars, selon Coingecko, un site Web qui répertorie plus de 13 000 crypto-monnaies sur 600 échanges.

Cette valorisation a dépassé les 1 000 milliards de dollars il y a moins de dix jours. Elle a culminé à 3 000 milliards de dollars il y a légèrement plus d’un an en novembre 2021. Cette valorisation s’est évaporée avec l’effondrement des prix. En effet, les prix du bitcoin ont chuté (près de 74 % en un an), ainsi que l’Ethereum (-73 %) ou encore le Dogecoin (-67 %).

L’ensemble de l’écosystème est touché

D’autres bourses de crypto-monnaies, dont Kraken et Gemini, ont annoncé des licenciements ces dernières semaines pour faire face à l’augmentation des coûts et la baisse des revenus.

Plus largement, un certain nombre de groupes technologiques américains ont récemment annoncé des licenciements, notamment le groupe informatique Salesforce, Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp), Amazon et Twitter.

Alors que la nouvelle réglementation obligera les acteurs à devenir plus transparents, la tendance pourrait être à la centralisation de ces plateformes qui se livrent une rude concurrence pour attirer de nouveaux utilisateurs.

L’utilisation de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies est pour l’instant limitée, ce sont donc les plateformes de trading qui remportent la mise grâce à l’activité spéculative.

Précédent

CAGR ou Compound Annual Growth Rate : comment se calcule ce taux ?

Suivant

3639 : le numéro gratuit pour contacter la banque postale

Derniers articles de Bourse