Colocation immobilière : les formalités indispensables !

/

Les périodes délicates sur le plan financier et matériel ont toujours été propice au développement de certaines activités. C’est notamment le cas de la colocation immobilière qui semble avoir le vent en poupe. Initialement, la formule était surtout usitée par des étudiants qui en raison de leurs faibles ressources y trouvaient un moyen de s’héberger à moindre coût, puis au fur et à mesure l’idée s’est propagée aux citadins n’ayant plus les moyens de trouver un logement seul dans les grandes agglomérations allant même jusqu’à intéresser certains retraités en mal de liquidités.

L’idée peut paraitre séduisante, mais dans la pratique elle peut être tout autant source d’ennuis que de moments agréables. Les éventuels conflits émanent souvent d’un manque de formalisme, comme le souligne l’Adil de Paris dans une récente étude. Par exemple, nombre de colocataires oublient de rédiger un bail par colocataire au détriment dun bail collectif qui n’est pas aussi simple à démêler en cas de conflit.

Dans le même registre, il est préconisé de faire apparaitre le nom de chaque colocataire dans le contrat d’assurance habitation afin de pouvoir déterminer la responsabilité de chacun. Il est tout aussi important de rédiger une sorte de règlement interne à la colocation afin d’éviter tout malentendu dans la pratique quotidienne.

Default thumbnail
Précédent

Réduction d'impôt avec la défiscalisation Scellier : baisse des taux jusqu'en 2012 ?

Default thumbnail
Suivant

Le marché de l'immobilier de bureaux touche le fond...

Derniers articles de Brèves

risus quis, nunc tempus id, massa justo Donec at felis dapibus