Le coût des produits de votre épargne pour l’État

/
banque de france
Coût des produits d'épargne à l'Etat / Banque de France - ©Denis Trente-Huittessan, FlickR Creative Commons

Livret A, LDDS, PEL, nombreux sont les produits d’épargne qui sont à disposition. La grande majorité d’entre eux reste particulièrement réglementée où l’État bénéficie d’une partie des épargnes. Mais, à combien coûte cela ?

Absence d’impôt

Un des grands avantages de l’épargne réglementée est l’absence d’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Ces produits de placement réglementés consistent au livret A, livret bleu, livret de développement durable et solidaire ou LDDS, livret d’épargne populaire ou LED, Plan et Compte d’épargne logement ou PEL/CEL et le Livret jeune. C’est d’ailleurs la raison de la réussite de ceux-ci, surtout pour l’année 2020. Ce succès a été accentué par la crise sanitaire. En effet, depuis le début de l’année 2020 jusqu’à maintenant, plus de 42 milliards d’euros ont été épargnés. Cela reste le double des épargnes cotées en 2019.

Une grosse somme pour l’État

L’absence des différents impôts de ces produits d’épargne rapporte une certaine somme à l’État. En effet, ce dernier peut profiter jusqu’à 30% des intérêts générés pour le livret A. Cela a été mis en place suite au prélèvement forfaitaire unique.

D’après l’Observatoire de l’épargne réglementée ou OER,  l’avantage fiscal des produits d’épargne va coûter plus de 1,1 milliard d’euros. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Banque de France souhaite en connaître la pertinence. C’est de cette manière qu’elle a demandé à l’observateur de placer le milliard d’euros en perspective.

Le PEL coûte particulièrement cher

C’est le Plan Épargne Logement ou PEL qui a attiré l’attention de la Banque de France. C’est en effet le placement qui coûte le plus cher à l’État. Son coût est d’environ 392 millions d’euros par an. Ce chiffre inclut le CEL. Bien évidemment, ce montant reste le triple du Livret A.

Cette hausse du prix du PEL à l’État a sans doute été due à l’exonération fiscale « à vie ». Également, selon l’OER,  une évolution sur la rémunération des PEL offre le privilège à la Banque de France de gagner jusqu’à 3,9 milliards d’euros par an. Cette somme est particulièrement utilisée pour favoriser le financement de l’économie française. Des centaines de millions d’euros sont destinés au budget de l’État.

Source Moneyvox

Précédent

Impact de la Chine sur les cryptos : Bitcoin et Ethereum à la baisse

Suivant

Introduction en Bourse de Polestar, concurrent de Tesla

Derniers articles de Epargne