Épargne : Les livrets réglementés coûtent énormément à l’État

/
Centre des finances publiques
Centre des finances publiques - ©CC0 Creative Commons

Livret A, LDDS ou LED, les livrets d’épargne réglementée existent en plusieurs choix. Ceux-ci présentent des avantages fiscaux étant donné que c’est l’État français qui se charge de l’exonération des cotisations sociales et fiscales. C’est de cette manière que ceux-ci coûtent énormément pour l’État.

De nombreux produits d’épargne réglementée

Le Livret A est sans doute le produit d’épargne qui séduit de nombreux épargnants. Ceci jouit actuellement de multiples utilisateurs. Ensuite, il y a le livret de développement durable et solidaire ou LDDS qui commence actuellement à s’imposer. Le livret d’épargne populaire et le livret jeune font également partie de la catégorie des produits d’épargne réglementée. Il en est de même pour l’épargne logement aussi bien pour les PEL que les CEL. Pour ces derniers, il est important qu’ils soient ouverts avant 2018. Pour finir, cette catégorie peut inclure les anciens Plans d’épargne populaire.

L’État perd 1,1 milliard d’euros

Le point commun entre ces produits d’épargne est le taux d’intérêt qui est dit « net ». À l’encontre des revenus créés par les livrets bancaires, ceux de cette catégorie ne sont pas soumis aux prélèvements sociaux. Effectivement, l’exonération totale est chargée par l’État. Si le coût ne se ressent pas pour les épargnants, ce n’est pas le cas pour l’État. D’après le dernier rapport de l’Observation de l’Épargne réglementée (OER), ce dernier est obligé de payer plus de 1,1 milliard d’euros. Cette somme est calculée en effet en prenant en compte la base d’un prélèvement forfaitaire qui est de 30% des gains de chaque placement.

Le Plan d’Épargne Logement, le plus coûteux

C’est le PEL ou Plan d’Épargne Logement qui gagne le prix du produit d’épargne réglementée par l’État le plus cher. C’est également le cas du CEL. Effectivement, le coût pour l’État du Plan d’Épargne Logement est trois fois plus important que celui du Livret A. Ce phénomène s’explique par l’exonération offerte à tous les PEL avant mars 2011. Celle-ci est en effet sans limitation de durée. Ce placement se montre particulièrement gagnant pour ses détenteurs étant donné qu’il propose un important taux d’intérêt.

Source Boursorama

Précédent

Le Bitcoin est une des plus fortes alarmes incendie de la finance 

Suivant

La mise à niveau Altair : l’Ethereum proche du 2.0

Derniers articles de Epargne