Crédit Agricole : 1 700 clients victimes d’une arnaque

/
hacker pirate informatique
Pirate informatique - ©Clint Patterson, CC0 Creative Commons

Malgré le fait que cette arnaque se révèle être un phénomène courant, plus d’un millier de clients du Crédit Agricole ont été arnaqué. Ceux-ci ont divulgués leurs données personnelles sur un site non sécurisé. Les malfaiteurs, à partir d’un faux site de banque, ont facilement récupérés ces informations.

Une arnaque basique

Plus de 1 700 clients du Crédit Agricole ont été victime d’un phishing qui semble être très courant. Ces personnes se faisaient avoir via un faux site de la banque concernée. En effet, l’arnaqueur a piraté cette dernière pour créer un autre site qui lui ressemble. Pour avoir accès aux données des victimes, il a mis en place un kit de phishing. Pour toutes les personnes qui cliquent dessus ont été reconduites vers une page entièrement normale qui affiche des cases pour remplir les informations personnelles.

Des stratégies bien rodées

Selon les enquêtes réalisées, le pirate se trouvait en Algérie. Pour favoriser son arnaque, il a opté pour un logiciel qui reste en mesure de recréer toutes les interfaces du site du Crédit Agricole. Selon le Parisien, l’acteur de l’arnaque n’a eu qu’à trouver un kit d’hameçonnage qui est en grande partie accessible sur darknet. C’est grâce à ce dernier que ces nombreuses personnes se sont fait arnaquer.

Ce que l’arnaqueur a fait

Après que les données ont été saisies sur le faux site, l’arnaqueur n’a eu qu’à les récupérer puis les envoyer vers la messagerie cryptée de Telegram. C’est de cette manière qu’il a été alerté à chaque fois qu’une remplissait un formulaire. Le montant du préjudice est mal connu étant donné que l’arnaque a déjà eu lieu en mois d’octobre de l’année dernière. Malgré la longueur de la durée de l’arnaque, le Crédit Agricole n’a pas pu identifier celle-ci que récemment.

La banque conteste la responsabilité

L’origine du phishing reste aussi mal connue. De cette manière, la banque nie la responsabilité, car ce sont les clients qui ont donné leurs informations à autrui. Ce sont eux qui doivent être à tout moment vigilants. Il n’est cependant pas possible pour le Crédit Agricole de fermer les sites qui lui attaquent.

Source Capital

Précédent

Finance comportementale, la musique adoucit… la bourse

Suivant

Transformation digitale : quels enjeux dans le secteur bancaire du Vietnam ?

Derniers articles de Banques