Crédit immobilier : est-il encore temps d’emprunter ?

///

Les conditions des crédits immobiliers se sont durcies depuis le début de l’année. Plusieurs experts du courtage immobilier ont observé que la hausse des taux d’intérêt se confirme en avril. Certains acheteurs pourraient avoir de plus en plus de mal à obtenir un crédit.

Tous les crédits sont concernés

Les vannes du crédit à faible coût se resserrent de mois en mois. La modeste hausse des taux d’intérêt de début 2022 s’est poursuivie en mars et se confirme en avril, ont témoigné plusieurs professionnels du courtage immobilier après avoir reçu des baromètres de leurs banques partenaires.

En conséquence, le courtier Empruntis note que les crédits ont augmenté dans 9 cas sur 10. Ces cas varient entre 15 et 30 centimes, selon l’institution et la durée. Certaines banques ont maintenu des taux stables par rapport aux hausses de taux déjà mises en œuvre en mars. Ainsi, à travers ce réseau, le taux de transaction moyen pour un prêt à 20 ans est de 1,35%, soit +0,35% depuis le début de l’année. Au cours de la même période, le taux le plus bas réservé aux meilleurs emprunteurs s’est maintenu à 0,90 %, le même que le mois dernier.

C’est une mauvaise nouvelle pour les emprunteurs potentiels. Le taux moyen des crédits immobiliers proposés par les banques françaises a augmenté d’environ 0,3 point de pourcentage pour des crédits sur 20 ans depuis le début de l’année, à 1,35 %. Cette tendance ne devrait pas s’inverser de sitôt. Cécile Roquelaure, responsable de la recherche chez Empruntis, a prévenu : “Les taux devraient continuer à monter dans les prochaines semaines. Une banque nationale nous a annoncé la semaine dernière qu’elle augmenterait ses barèmes de 20 à 25 centimes”.

Il n’y a pas que les prêts hypothécaires qui augmentent. Il est également devenu plus coûteux pour les consommateurs de contracter des microcrédits pour faire des travaux, pour acheter des biens de consommation ou simplement pour économiser de l’argent. Pourtant, ces prêts personnels sont très utilisés par les Français. Fin 2021, ils avaient un encours total de 89 milliards d’euros.

Plus précisément, le taux d’intérêt moyen de ces prêts a atteint 3,81 % début mars, et jusqu’à présent, il a été « nettement inférieur à la référence de 2021 » : environ 3,6 % en janvier 2022, contre 3,85 % en janvier 2020, Pouvons-nous le faire ? lu, et il a tendance à baisser.

Il y a deux raisons principales à cela : la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie et la perspective d’un resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Le rachat de crédit à la rescousse

La hausse des taux peut avoir des conséquences directes sur l’endettement des ménages. Lorsque le crédit présente des échéances élevées, le remboursement peut parfois être difficile à opérer. Pour y voir plus clair dans leurs comptes et mieux gérer leur budget, les ménages peuvent opter pour un rachat de crédit. Qu’est-ce que le rachat de crédit ? Une procédure qui permet de réunir tous ses crédits en un seul, dans le but de réduire les intérêts et de bénéficier d’un taux unique. L’emprunteur ne sera donc soumis qu’à un seul prélèvement mensuel.

Il est également intéressant d’observer que le rachat de crédit permet de diminuer le coût des assurances. En effet, chaque crédit contracté demande la souscription d’une assurance. Grâce au rachat de crédit, l’emprunteur n’aura donc à payer plus qu’une seule assurance crédit. Seul inconvénient, le rachat de crédit augmente la durée de remboursement. Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur les sites spécialisés en rachat de crédit. Des experts vous conseilleront et vous aiguilleront sur la meilleure solution pour que vous puissiez venir à bout de votre crédit. De façon générale, il est important de bien évaluer ses capacités d’emprunt et son niveau de revenu, en fonction du montant de crédit que l’on souhaite souscrire. Ceci pour éviter un potentiel surendettement.

Des négociations sont encore possibles

Dans cette situation difficile, voici quelques conseils pour tout de même réussir à obtenir les tarifs les plus bas possibles.

Pour optimiser vos chances, vous devez consulter au moins quatre ou cinq banques. « Il est préférable de choisir plusieurs types d’établissements, comme les banques nationales, les établissements de crédit spécialisés ou les banques en ligne.

Les différentes offres de crédit obtenues peuvent également servir d’arguments lors du processus de négociation. “Si vous allez voir votre banquier, que vous lui expliquez qu’une banque concurrente vous propose de meilleurs taux et que vous pouvez lui prouver par un devis, il sera obligé de vous faire une offre plus intéressante”, poursuit Cécile Roquelaure.

Pour déterminer la capacité d’emprunt d’un client, les banques tiennent compte des revenus professionnels et demandent généralement trois fiches de paie. Mais ces documents ne représentent pas forcément les revenus réels des futurs emprunteurs.

Les revenus supplémentaires peuvent faire la différence en vous faisant monter d’un cran dans la grille des taux d’intérêt utilisée par les banquiers”. Ainsi, lorsque vous faites une demande de prêt immobilier, il est important de mentionner explicitement vos revenus supplémentaires à votre banquier.

Précédent

Résultats records et action volatile pour LVMH hier

Suivant

Les détenteurs de bitcoin seraient des psychopathes

Derniers articles de Crédit