Crédit immobilier : rachat et renégociation se maintiennent !

dans News/Rachat de crédit

En dépit de la morosité économique actuelle et de l’habituel ralentissement de l’activité en fin d’année, les chiffres du crédit immobilier ne semblent pas si mauvais qu’il s’agisse des financements immobiliers classiques ou bien du rachat de prêts immobiliers. Il faut dire que les valeurs historiques des taux maintiennent l’activité….

Selon les récents chiffres publiés par l’Observatoire Crédit Logement CSA, l’activité du crédit immobilier est certes en baisse dans l’Hexagone pour le mois de novembre, mais dans des proportions qui ne sont pas aussi importantes que ce que d’aucuns craignaient. L’institution dirigée par le Professeur Michel Mouillart fait en effet apparaitre un recul de la production en montant des prêts immobiliers de l’ordre de -4.6 % sur une année glissante et de – 7 % en nombre de prêts. Ce fléchissement intervient en fin d’année comme à l’accoutumée et ne ternit pas l’exercice 2014 outre mesure selon l’Observatoire, même si les chiffres n’atteignent pas ceux de l’année précédente.

Il faut dire que les taux historiques incitent les emprunteurs à renégocier encore et toujours leur encours immobilier dans l’optique de diminuer leur mensualité et donc le coût du prêt. Le nombre des renégociations explique sans doute la baisse de la production des prêts en montant, car les capitaux restant dus faisant l’objet des rachats sont eux aussi plus bas. Avec un taux moyen en novembre de 2.38 % (2.39 % dans l’ancien et 2.44 % dans le neuf), rares sont ceux qui résistent à l’appel des sirènes…Le courtier CAFPI indique par exemple sur son site que le taux fixe le plus bas accordé à un particulier sur 10 ans est de 1.5 % ! Même si cette valeur plancher est une vitrine, l’enseigne précise que sur 15 ans , les taux oscillent autour des 1.8 % en fixe et demeurent sous la barre des 2 % sur 20 ans…

De quoi inciter les consommateurs à renégocier ou même à franchir le pas de la primo-accession ou d’un investissement locatif, car le marché de l’immobilier est lui aussi en recul. Bien souvent, les biens se vendent 10 à 15 % moins chers qu’il y a encore une année. En combinant des taux records et des prix de plus en plus attractifs, ménages et investisseurs permettent de maintenir le volume des transactions à un niveau acceptable, même s’il est décrit comme artificiel par certains.

Du côté des regroupements de crédits, il semble que le niveau des taux maintienne aussi l’activité. Les prêteurs pratiquant des taux révisables proposent en effet des produits frôlant les 2 % ! Du jamais vu…Il faut dire que les Euribor 1 mois et 3 mois servant d’indice de fixation sont aujourd’hui respectivement de l’ordre de 0.02 % et de 0.04 %. En fixe aussi, l’offre est devenue plus attractive, même si cette dernière est quelque peu plus onéreuse.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*