Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Crédits et prêts bonifiés

dans News/Rachat de crédit

Par les temps qui courent et tous les resserrements de critères auxquels les banques ont procédés depuis la crise financière, les moyens de jouer d’astuce pour obtenir coût que coûte son crédit immobilier sont forcément les bienvenus. Pour l’heure, il convient de ne pas déséspérer et de recourir aux prêts bonifiés qui peuvent réellement changer la donne. Ce sont souvent les revenus les plus modestes qui patissent des périodes difficiles et pour une fois, ce sont précisément eux qui peuvent bénéficier d’aides pouvant convertir le rêve en réalité. Ils s’appellent Prêt à taux zéro (PTZ) et Prêt à l’accession sociale (PAS).

Avec les récents remous, le gouvernement Sarkozy a consenti à de gros efforts pour favoriser l’accès à certaines facilités de financements et le prêt à taux zéro en fait partie. Ce dernier a vu ses plafonds révisés de manière importante. Grossièrement, ces derniers ont été triplés : Un célibataire d’Ile de France ayant des revenus inférieurs à 31 250 €uros par an y a droit ainsi qu’un couple dont les revenus n’excèdent pas 43 750 €uros. Pour la Province, les chiffres sont différents, puisqu’ils atteignent respectivement 23 688 et 31 588 €uros. Le PTZ permet d’obtenir une somme allant de 8 250 à 29 250 €uros toujours dans la limite de 20 % de la valeur du bien acquis et permet de réduire le coût global du crédit de 0.2 %. Il faut donc y penser, comme il faut penser au PAS.

Le PAS, dont les critères d’obtention sont rigoureusement les mêmes que ceux du PTZ vous permettront d’obtenir des garnaties d’état complémentaires susceptibles de rassurer votre banquier. Les taux proposés sont les mêmes, mais avec une couverture beaucoup plus large. Hier seuls 20 % des primo-accédents pouvaient y prétendre, aujourd’hui 60 % d’entre eux, donc surtout les jeunes, peuvent en bénéficier. Les critères de ces deux formules étant très proches, n’oubliez pas de conjuguer éventuellement les deux auquel cas, vous auriez tout à gagner…

Dernier aspect des crédits bonifiés : les LEP, souvent critiqués, mais qui, s’ils ont été souscrits entre 2000 et 2004 peuvent être très intéressant. En effet, c’est leur date de souscription qui fixe le barème de taux auquel vous pouvez prétendre si vous souhaitez faire jouer vos droits. Et ces derniers peuvent être attrayants avec des taux d’intérêt qui peuvent aller de 4.12 à 4.86 %. Sur des durées de 15 à 22 ans, c’est imbattable. Renseignez-vous ! Ces mesures peuvent peut-être faire passer votre dossier…

Derniers articles de News

id Nullam et, efficitur. facilisis pulvinar Aenean eget sit ut
Retour en haut