Magazine sur la finance & le rachat de crédit

La crise du crédit fait chuter le Palais Bourbon

dans Finance

La place financière de Paris aura vraiment connu le meilleur et le pire.

Autant le rebond du 27 septembre dernier de + 9.47 % avait été historique depuis la création du CAC en 1988, autant la chute d’hier de plus de 9.5 % aura elle aussi été marquante dans l’histoire de l’indice…
Ebranlé à moins de 3 800 points hier, Paris se maintient pour l’heure à + 0.21 à quelques 3 719 points.

Et les spéculations d’aller désormais bon train suite à la cascade de mauvaises annonces : chute de l’immobilier ancien de 2.9 % dans l’Hexagone pour le troisième trimestre, mauvais chiffres de l’indice de la consommation outre-Atlantique pour septembre, attente des résultats trimestriels des grandes industries… Autant de facteurs négatifs qui ne laissent pas vraiment espérer une amélioration notable et surtout prochaine.

Dans son entretien accordé au Journal des Finances, Philippe Camus, le nouveau patron d’Alcatel-Lucent a probablement résumé avec efficience les causes du malaise actuel :

« Le marché (financier) donne un prix, mais il n’assure pas pour autant une liquidité à ce prix. Si bien qu’une quantité monstrueuse de produits dérivés ont été construits, représentant plusieurs fois la richesse mondiale, et inscrits dans des bilans sur la base de prix qui ne tiennent pas compte du risque d’illiquidité. Or, nous sommes aujourd’hui dans ce cas là ».

On a joué aux apprentis-sorciers en créant des artifices et en négligeant ce que d’aucuns appellent désormais les « normes comptables » et en surévaluant les points de vue des grandes agences de notation telles que Standard & Poor et consorts.

Il va désormais falloir reconstruire en s’efforçant d’être très patients, car l’exemple du Japon est aujourd’hui de plus en plus cité. En effet, l’Empire du Soleil Levant a connu une bulle de l’immobilier il y a plus de dix ans qui a fini par éclater….avec des dégâts semblables à ceux que l’on connait actuellement. L’indice Nikkei cotait alors plus de 30 000 points : de nos jours, il gravite autour des 11 000…..Le Japon se remet à peine de cette triste expérience : il lui aura fallu dix ans…

Il va sans doute être patient, très patient…

Derniers articles de Finance

libero libero. facilisis libero venenatis vulputate, ipsum consequat. eleifend massa sed
Retour en haut