La crise du crédit fait inexorablement chuter les places financières

Même le temps du yo-yo incessant semble désormais révolu sur les places financières. La crise du crédit encore et toujours semble précipiter lentement, mais surement l’ensemble de l’économie mondiale dans des abysses dont personne ne voit la fin…

Après un bref sursaut hier à +0.55 %, ce qui constituait déjà une performance dans un environnement hostile (le footsie perdait près d’1 %, le Dax également), Paris tirait son épingle du jeu après l’historique déconvenue de la veille…

C’était reculer pour mieux sauter, puisque ce matin le Palais Bourbon perd 3.5 % à 3 591.58 points, c’est à dire son niveau le plus bas depuis 4 ans… dans le sillage des bourses asiatiques qui accusent elles aussi sévèrement le coup : Tokyo a perdu pour la seule journée d’hier 9.38 % !

L’heure est donc plus que jamais à la mobilisation et en la matière, les sauvetages s’orientent mécaniquement vers la protection de l’épargne et des liquidités des contribuables. En France, on sort de son tiroir la loi du 25 juin 1999 relative à l’éventuelle intervention du Fonds de garantie des dépôts au cas où qui assurerait à chaque Français une couverture de l’Etat à hauteur de 70 000 €uros par tête… Certes, on n’en est pas encore là, loin s’en faut, mais les dirigeants parent à toute éventualité…

Dans le reste de l’Europe et du monde, les événements se précipitent aussi avec l’injection en Espagne de 30 milliards d’€uros par José Luis Zapatero pour soutenir le crédit dans un pays qui semble être en récession… notamment en raison d’une crise de l’immobilier accrue (740 000 logements invendus en stock). Au niveau mondial, les contacts se multiplient entre les principaux dirigeants et on apprend ainsi que George W. Bush s’est entretenu avec N. Sarkozy, Brown et Zapatero et compte en faire de même avec A. Merkel pour trouver une solution à grande échelle.

Serait-on en marche vers un plan Paulson mondial ou bien vers une institution de supervision à grande échelle : les tout prochains jours devraient nous en apprendre plus sur la question…

Précédent

Les aspects « low-cost » du rachat de crédit

Suivant

La facture des « subprimes » pour le crédit français

Derniers articles de Finance

pulvinar felis elementum diam tempus luctus adipiscing