Crise sanitaire : Des inégalités en matière de capacité d’épargne

/
épargne
Epargne - ©Andibreit, CC0 Creative Commons

D’après les données de la Banque de France, depuis le début de la crise sanitaire et économique, les Français ont tendance à épargner. Une montée des montants des livrets ainsi que des comptes d’épargne populaire a été constatée. Pourtant, des inégalités en matière de capacité d’épargne s’aperçoivent de plus en plus.

De différentes capacités d’épargne

En espace de 2 ans, le taux d’épargne se met à exploser et atteint une grande montée. Si en 2019, ce taux d’épargne moyen est de 15%, celui-ci a été 21,7% lors du premier trimestre pour cette année 2021. En principe, les sommes mises de côté ont pu atteindre plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Pourtant, une inégalité a lieu pour la capacité d’épargne selon la Banque de France. Des données des dépôts bancaires dans les régions françaises, les Français modestes ont utilisé leurs économies. Pourtant, il y en a ceux qui sont capables d’épargner une bonne somme d’argent.

Une régression des sommes sur les livrets et comptes d’épargne populaire

Depuis que la crise économique s’est implantée, les sommes mises au sein des livrets et comptes d’épargne populaire ont réduit. Si avant, celles-ci étaient de 55,1 milliards d’euros en juillet 2019, pour cette fin juin 2021, elles sont de 54,2 milliards de dollars.

Des inégalités sur les territoires

L’inégalité de la capacité d’épargne se présente sur les différents territoires. En prenant par exemple de Seine-Saint-Denis, qui se révèle être un pauvre département de la métropole, le taux d’épargne gagnait de 21,97 % en 2 ans, de 2019 à 2021. Par contre, pour les Hauts-de-Seine qui s’agit d’un département spécifiquement riche, le taux d’épargne peut atteindre une augmentation de 38,23%. Pour la Vendée, elle représente un taux de pauvreté de 5%. Pourtant son taux d’épargne a connu une évolution de 10,8%. Pour ce qui est de la région parisienne, ce dernier est de 43%.

Pour ces 2 dernières années, les comptes, les plans ou tout ce qui concerne les livrets d’épargne ont connu une montée de 10%. La somme est passée de 2 milliards d’euros à 2,2 milliards d’euros en 2021.

Source Mieuxvivre

Précédent

Bourse : les valeurs à privilégier selon Barclays

Suivant

Erreur de la banque en votre faveur, recevez… 664 000 euros

Derniers articles de Epargne