Crypto : l’industrie européenne est en danger !

/
europe bitcoin

La Banque centrale européenne a publié un nouveau rapport de recherche via CNBC qui traite des monnaies numériques de la Banque centrale. Le rapport indique que seules les institutions peuvent préserver la stabilité monétaire et s’oppose aux monnaies numériques créées par les banques centrales.

MICA va forcer les acteurs crypto à quitter l’Europe

Les initiés de l’industrie de la crypto-monnaie affirment que les réglementations proposées par l’Union européenne sur leur marché pourraient gravement nuire à leur entreprise si elles étaient mises en œuvre telles qu’elles sont actuellement rédigées.

La lettre de Blockchain for Europe, de la Digital Euro Association et du Conseil de l’Union européenne a mis en garde contre de graves répercussions sur l’industrie de la cryptographie si le projet de loi MiCA imposait des restrictions similaires à une interdiction.

Leur lettre indiquait que de telles mesures entraîneraient des conséquences dramatiques dans l’espace crypto, y compris des «prises de marché» et un déplacement important des entreprises de crypto en dehors de l’Europe. Il a été déclaré que cela serait causé par la perte de l’USDT, de l’USDC et du BUSD – trois pièces stables majeures – en 2024, conformément aux directives actuelles de MiCA.

“Les trois plus grands stablecoins en termes de volume d’échanges risquent d’être interdits dans l’UE à partir de 2024, en raison des limites quantitatives sur l’émission et l’utilisation des EMT (jetons de monnaie électronique) libellés en devises étrangères dans le cadre de MiCA”, écrivent les associations.

Selon la législation de l’UE, les jetons qui ne sont libellés dans aucune devise officielle de l’un des 27 États membres sont soumis à des limites d’émission et d’utilisation. Cela comprend des plans visant à imposer des limites aux jetons utilisés comme moyen d’échange – ce qui a été contesté à la fois par la Blockchain for Europe et la Digital Euro Association. Les stablecoins utilisés pour le trading, en particulier, ont fait l’objet de controverses en raison des limitations proposées.

La lettre indique que la législation proposée entraînera une «extrême volatilité à court terme», des «effets de dislocation», une «liquidité fragmentée» et la perte d’innovateurs. Elle a également affirmé que les restrictions sur la cryptographie de l’UE inciteraient les gens à utiliser des services non réglementés en dehors de l’Union européenne. En outre, il a fait valoir que ces restrictions compromettraient la capacité de l’UE à tirer parti du potentiel de la crypto et de la blockchain.

Revoir la définition d’un stablecoin

Alors que les négociations concernant le texte MiCa sont toujours en cours à Bruxelles, les associations demandent au Conseil de l’Union européenne d’envisager une autre définition des stablecoins d’ici 2024, date à laquelle le texte devrait entrer en vigueur.

Les pièces stables sont mentionnées en ce qui concerne la finance décentralisée – ou DéFi – car le concept nécessite une clarification. La suggestion est d’interpréter la définition d’un stablecoin d’une manière qui reconnaisse son rôle dans les échanges DeFi. Alternativement, ils suggèrent que le terme “moyen d’échange” soit défini dans la définition.

“L’objectif serait de préciser que les restrictions à l’émission et à l’utilisation des EMT en tant que moyens d’échange excluent les transactions d’entrée et de sortie de crypto-actifs non adossés utilisant des stablecoins, notamment dans les échanges et dans les pools de DeFi”, précise la lettre.

La BCE considère que le mélange de crypto-monnaies et de sociétés Big Tech est dangereux. Ils pensent que cette combinaison constitue une menace pour la stabilité de la pièce en euro. Ils se réfèrent au cas de Terra comme un exemple des risques entourant cette question.

L’objectif de la BCE est de préserver l’euro, c’est pourquoi elle se positionne comme une institution de long terme. Cependant, ils ne sont peut-être pas conscients de la rapidité avec laquelle les systèmes de paiement électronique évoluent. Leur projet d’euro numérique ne sera pas publié au moins avant 2025, ce qui est considéré comme tardif puisque de nombreuses autres régions ont déjà des réseaux monétaires fonctionnels.

Précédent

A Paris, il loue 4m² pour 550 euros par mois

Suivant

Crypto : Samsung souhaite ouvrir une plateforme d’échange en 2023

Derniers articles de Crypto