Crypto : le NASDAQ veut sa part du gâteau !

//
nasdaq crypto

La deuxième plus grande bourse des États-Unis, le NASDAQ, souhaite lancer des services de garde de bitcoins et d’éthers pour les participants institutionnels. Dans ce marché déjà encombré, le Nasdaq entend se différencier par son statut et ses outils anti-blanchiment.

La bourse américaine souhaite lancer son offre de conservation d’actifs

Le Nasdaq entre dans le monde des crypto-monnaies. La deuxième bourse des États-Unis après la Bourse de New York, celle qui regroupe les acteurs technologiques du marché, a dévoilé son propre service lié aux crypto-monnaies : un service de garde Bitcoin et Ethereum. Son public cible serait les investisseurs institutionnels.

Pour rappel, le Nasdaq intègre dans son indice les principales valeurs de l’espace numérique, dont les géants Amazon, Google et Meta. De plus, la société n’est pas étrangère au marché de la crypto-monnaie, car elle y propose déjà des solutions de surveillance du marché, ainsi qu’un ETF appelé Hashdex Nasdaq Crypto.

Le premier mouvement majeur de l’opérateur dans l’espace, bien qu’il soit toujours soumis à l’approbation du Département des services financiers de l’État de New York, est dirigé par une nouvelle entité appelée Nasdaq Digital Assets. 40 personnes seront embauchées d’ici la fin de l’année. Pour le piloter, le Nasdaq s’est tourné vers Ira Auerbach, un ancien cadre de Gemini qui est un concurrent fondé par les frères Winklevoss.

Au moment de la rédaction de cet article, la société est toujours en pourparlers avec les autorités compétentes pour lancer le fonds de gestion de crypto-monnaies. C’est pourquoi cette annonce reste sous réserve de l’approbation des régulateurs américains.

Plus précisément, “Nasdaq Digital Assets” développera dans un premier temps des solutions de conservation avancées pour les clients institutionnels. Selon la déclaration, il rassemblera les meilleurs attributs des portefeuilles de crypto-monnaie existants d’aujourd’hui sans compromettre la sécurité en offrant un degré plus élevé d’accessibilité et d’évolutivité.

“La technologie qui sous-tend l’écosystème des actifs numériques a le potentiel de transformer les marchés sur le long terme. Pour saisir cette opportunité, nous nous concentrerons sur la fourniture de solutions de niveau institutionnel qui apportent plus de liquidité, d’intégrité et de transparence pour soutenir cette évolution”, indique le communiqué.

Attirer des investisseurs institutionnels

Le lancement, bien que soumis à l’approbation réglementaire, renforce les ambitions du Nasdaq d’attirer les investisseurs institutionnels sur le marché de la crypto-monnaie. Cela nécessite inévitablement des solutions de stockage de qualité, équivalentes à ce que ces clients ont l’habitude de connaître.

Avec ce nouveau service, dirigé par l’ancien responsable mondial de Gemini, Ira Auerbach, le Nasdaq vise à devenir l’acteur de référence dans l’espace de garde crypto alors que de plus en plus d’utilisateurs se tournent vers des acteurs spécialisés dans la garde crypto, par exemple la licorne française Ledger.

De plus, la demande des acteurs institutionnels n’a cessé de croître au cours des dernières années, comme l’explique Tal Cohen, vice-président exécutif et responsable des marchés nord-américains. « La demande des investisseurs institutionnels pour s’engager dans les actifs numériques a augmenté ces dernières années, et Nasdaq est bien positionné pour accélérer une adoption plus large et stimuler une croissance durable. »

Mais surtout, l’annonce montre la confiance dont cet acteur majeur de l’espace financier traditionnel bénéficie lorsqu’il s’agit d’actifs numériques. Quoi qu’il en soit, voici l’avis de la présidente et chef de la direction du Nasdaq, Adena Friedman : « La technologie qui sous-tend l’écosystème des actifs numériques a le potentiel de transformer les marchés sur le long terme. Pour saisir cette opportunité, nous nous concentrerons sur la fourniture de solutions de niveau institutionnel […] pour soutenir cette évolution. »

Comme le rapporte Cryptoast, seul bémol à tout cela, les crypto-actifs et les marchés traditionnels se rapprochent de plus en plus. Ces rapprochements ne feront qu’accroître la corrélation entre ces actifs. L’ambition de voir le Bitcoin devenir une réserve de valeur permettant de se prémunir contre les variations de marchés s’éloignent alors un peu plus à chaque fois.

Précédent

Ripple (XRP) sur le point de remporter sa bataille juridique avec la SEC ?

Suivant

Crédit immobilier : la révision du taux d’usure du 1er octobre 2022 ne changera rien ?

Derniers articles de Bourse