Magazine sur la finance & le rachat de crédit

De la crise du crédit toxique à la crise du crédit classique !

dans News/Rachat de crédit

Récemment le quotidien économique Les Echos s’interrogeait dans l’un de ses éditos de l’intérêt que représente le plan de soutien de l’Etat français aux banques, puisque ces dernières affirment toutes être bénéficiaires sur l’exercice 2008…

Pourquoi diable réclament-elles des subsides alors qu’elles ne se portent pas si mal et que dans le même temps d’autres secteurs d’activité sont dans une tourmente bien plus grave ? Ce plan serait-il l’arbre qui cache la forêt ? Bien sûr, experts et autres économistes diront que de la bonne santé des banques dépend l’alimentation en crédit de l’ensemble de notre système économique et de nos entreprises qui en ont tant besoin en ce moment. Ceci justifierait cela, mais n’oublions pas pour autant que les banques continuent à ne pas se prêter entre elles et dans bien des cas encore moins aux entreprises qui en ont pourtant besoin…

D’autres évoqueront que l’Etat voit dans ce plan un moyen de gagner de l’argent puisque les dix milliards du plan sont assortis de 400 points de base d’intérêts : une somme rondelette qui fait un peu peur, d’ailleurs c’est peut être à ce titre que la Société Générale a sans doute décidé de se passer de la seconde tranche du plan en question…Non, cette aide de l’Etat aux banques cache peut-être autre chose : et si les banques craignaient en réalité une autre vague de problèmes financiers, une seconde crise qui ne serait pas cette fois constituée de créances à risques, c’est à dire de crédits toxiques et autres dérivés des subprimes, mais une crise du crédit classique ?

Il est vrai que cette dernière existe déjà plus ou moins en raison de la crise de l’immobilier qui règne dans l’Hexagone depuis le quatrième trimestre 2008 de sorte que les banques ont octroyé moins de prêts immobiliers en volumes. Certes, cette tendance est modérée par la baisse des taux d’intérêts depuis le fléchissement des taux directeurs de la BCE, mais le pire est peut-être devant nous. La crise du crédit toxique qui a contaminé l’économie en général va avoir des effets pervers, car elle va impacter la consommation et surtout le marché de l’emploi. Ceux qui perdront leur emploi ou qui connaitront des périodes de chômage technique vont avoir une baisse de pouvoir d’achat, or ces personnes ont des crédits classiques tels que des prêts immo qu’ils auront malheureusement de plus en plus de mal à payer…Au cours de ce premier trimestre 2009, les banques vont devoir gérer les conséquences de la crise des crédits toxiques sur les crédits classiques. Au risque de contrarier les Echos, l’Etat a peut-être bien raison de prévenir une crise du crédit standard…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

dolor efficitur. id, vel, ut id commodo pulvinar libero Aliquam leo
Retour en haut