Déclaration d’impôt : profitez de la hausse du barème kilométrique !

//
Impôt & Factures à régler - ©FirmBee, CC0 Creative Commons

Les automobilistes qui choisissent de déclarer le coût du kilométrage sur leur déclaration de revenus en utilisant le système du coût réel peuvent économiser beaucoup en 2022.

Près de 150 euros d’économies par personne

Dans un contexte d’inflation galopante, le gouvernement a décidé de réévaluer le montant de la subvention kilométrique pour réduire les taxes sur les gros rouleurs. Un simulateur a été mis en place pour faciliter la vie des contribuables. L’objectif est d’offrir la possibilité de déterminer quelle est l’option la plus avantageuse entre le coût réel et la déduction forfaitaire de 10 %.

Si vous décidez de déclarer votre coût kilométrique en montant réel (coût réel), vous pourrez bénéficier de la majoration du barème kilométrique ! C’est une aubaine pour certains « gros rouleurs » et professions libérales comme les infirmières ou les employées de maison. Au total, plus de 2,5 millions de foyers fiscaux français sont concernés. Grâce à cette nouveauté, l’économie pourrait être d’environ 150 euros par déclaration de revenus et par personne.

En revanche, si vous décidez de conserver la bonne vieille méthode de la déduction forfaitaire de 10 %, il est impossible de profiter de cette augmentation du montant de l’indemnité kilométrique.

Un litre de diesel coûte en moyenne 2 euros à travers le pays, il s’agit d’une décision du gouvernement qui devrait être saluée de bonne foi par tous ceux qui se déplacent en voiture. Concernant les dépenses couvertes par l’indemnité kilométrique, elles sont variées. La dépréciation du véhicule, le coût d’achat des casques et des protections, le coût des réparations et de l’entretien, le coût des pneus, la consommation de carburant et les primes d’assurance sont tous pris en compte.

Les frais calculés à l’aide de ce ratio doivent être déduits de votre revenu imposable, ce qui abaisse donc le taux applicable au précompte mobilier. Pour en bénéficier, vous devez renoncer à la déduction forfaitaire de 10 % appliquée par défaut par l’administration fiscale lors de la déclaration de revenus 2022 pour vos revenus 2021, plafonnés à 12 829 euros.

L’indemnité kilométrique est calculée en fonction de la distance parcourue entre votre domicile et votre lieu de travail et de la capacité financière de votre véhicule, facilement repérable sur votre carte grise.

Des retombées sur l’indemnité forfaitaire kilométrique

Le barème 2022 servira également de référence pour déterminer le montant de l’indemnité forfaitaire kilométrique que les employeurs versent aux salariés lorsque les salariés utilisent leur véhicule personnel pour des déplacements professionnels. Ces indemnités sont exonérées de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu dans un périmètre kilométrique et aucun justificatif spécifique n’est exigé.

Ce dispositif plus technique aura un impact sur les montants d’impôt sur le revenu des bénéficiaires de cette nouvelle aide, et ne concerne en réalité que les contribuables qui effectuent de multiples déplacements dans le cadre de leur emploi et utilisent leurs déclarations de revenus pour réclamer leurs frais réels. Selon le gouvernement, 2,5 millions de ménages contribuables le font chaque année.

Face aux critiques de certains opposants selon lesquelles le dispositif était trop limité face au risque de flambée des prix, Jean Castex a assuré que la revalorisation aurait un réel impact et pourrait faire boule de neige. “Cette revalorisation se veut également informative et peut donc affecter l’indemnité kilométrique versée directement par les employeurs aux salariés utilisant des véhicules privés”, a souligné le Premier ministre, excluant tout allégement de la TVA sur le carburant.

Le compteur kilométrique s’adresse aux contribuables salariés qui utilisent une voiture, une moto, un scooter ou un cyclomoteur pour travailler et décident de déduire le coût réel sur leur déclaration de revenus.

Ce compteur kilométrique permet d’évaluer le coût d’utilisation du véhicule pour toute personne assujettie à l’impôt sur le revenu. Les assurances, le carburant, les pneus, les réparations éventuelles, etc. sont tous pris en compte dans ce tableau. En revanche, les péages, les frais de stationnement et les intérêts d’emprunt liés à l’achat du véhicule ne sont pas pris en compte dans ce tableau, le coût réel sera noté dans la case 1 AK de la déclaration de revenus.

Précédent

Bientôt la fin de la bulle immobilière ?

Suivant

Simple correction ou baisse durable pour les cryptos ?

Derniers articles de Epargne