Près de 45% des dossiers de crédit refusés par les banques à cause de cet indicateur

///
taux usure banque

Cet indicateur, qui correspond à la valeur maximale où les banques peuvent prêter de l’argent, est historiquement bas, réduisant la capacité d’emprunt des ménages. Ce serait la raison de 45% des refus de prêt depuis le début de l’année, selon une enquête publiée mardi.

Le taux d’usure fait toujours polémique

La Banque de France détermine le taux d’usure, taux maximum auquel une banque peut prêter de l’argent. Les futurs propriétaires d’appartement ou de maison doivent prendre en compte ce taux lors de l’achat d’une maison ou d’un appartement.

Ce taux est à l’origine de 45% des refus de crédits immobiliers depuis le début de cette année, comme le révèle une enquête menée par Opinion System pour le compte de l’Association française des intermédiaires en bancassurance (Afib) ce mardi.

Jérôme Cusanno est le président d’Afib, il a demandé que des mesures soient prises pour résoudre ce problème, car il estime qu’il s’agit d’un chiffre alarmant.

La Banque de France calcule le taux d’usure chaque trimestre en prenant les taux d’intérêt moyens pratiqués par les banques au cours des trois mois précédents et en le majorant d’un tiers.

Depuis le 1er juillet 2015, le taux d’usure est de 2,57 % pour les prêts hypothécaires de 20 ans ou plus. Lors de l’examen d’un crédit immobilier, un banquier s’assure que le coût total du crédit ne dépasse pas le taux Taeg (le taux annuel effectif global). Le taux Taeg tient compte du taux d’intérêt, des frais d’assurance et d’autres garanties, et est calculé en utilisant le taux d’intérêt du trimestre précédent.

Cependant, dans un marché où les taux d’intérêt augmentent rapidement, le calcul du Taeg utilise toujours l’ancien taux d’intérêt, qui ne reflète plus la réalité du marché.

Jérôme Cusano craint que si le problème du taux d’usure n’est pas résolu rapidement, il aura un impact sur tous les aspects de l’industrie immobilière, y compris tous les travailleurs et toutes les professions. Plusieurs professionnels de l’industrie immobilière ont suggéré différentes solutions pour résoudre le problème.

Des possibilités pour modifier la règle

Une suggestion est de changer la façon dont le taux d’usure est calculé en augmentant le nombre de 2/3 au lieu de seulement 1, voire en supprimant complètement l’assurance emprunteur du calcul.

Le président du courtier Cafpi, Olivier Lendrevie, en parlait à Libération le mois dernier, estimant que l’assurance emprunteur ne devait plus être prise en considération dans le calcul du Taeg. Il a dit que seules les personnes en bonne santé ou plus âgées ne peuvent pas accéder à la propriété en raison des coûts inabordables. Le coût n’est pas lié aux changements de taux et dépend uniquement du niveau de risque individuel.

Plus de la moitié des crédits immobiliers refusés pour cause du taux d’usure concernent des personnes âgées de 30 à 55 ans (51%), selon l’enquête Opinion System. Il s’agit de prêts pour l’achat d’une résidence principale (71%) qui n’ont pas été accordés en raison du taux d’usure.

Pierre Chapon est cofondateur de Pretto, une société de courtage, et dit que c’est parce que le taux d’usure peut affecter négativement le pouvoir d’achat que davantage d’actions doivent être prises pour résoudre ce problème, et en particulier pour changer la façon dont le taux d’usure est calculé.

A l’origine, le taux d’usure était censé protéger les consommateurs contre les pratiques de certaines banques. En effet, le taux d’usure empêchait les banques de pratiquer des taux trop importants et servait de plafond. Aujourd’hui, ce taux d’usure qui devait protéger les consommateurs, il les empêche de pouvoir emprunter.

La hausse des taux directeurs mise en place par la banque centrale pour lutter contre l’inflation oblige les banques à pratiquer des taux plus importants pour rester rentable mais le taux d’usure empêche les banques de proposer des taux plus importants à leurs clients. C’est le serpent qui se mord la queue…

Vous pouvez également demander à obtenir un prêt sans enquête et sans aucun refus. Ce type de prêt a pour principal objectif de vous permettre d’avoir de l’argent rapidement dans une situation dans laquelle vous avez énormément besoin. La raison principale est qu’il comporte un taux d’intérêt assez élevé. Ce prêt comporte comme principal avantage le fait qu’il vous sera accordé sans vérification de crédit. Il vous suffit de formuler votre demande de crédit sur des sites spécifiques de prêt personnel sans refus des pays membres de l’UE ou du Canada. Vous devez renseigner plusieurs informations comme : votre adresse, un RIB, votre pièce d’identité, votre numéro de sécurité sociale, vos dernières fiches de paie mais également les 90 derniers jours de votre relevé bancaire. Vous recevrez généralement l’argent sur votre compte bancaire sous 24h. Cependant, vous devez bien faire attention au délai de remboursement maximal qui est de 2 ans.

Voici les différents sites qui proposent ce type de prêts :

  • Le site mynextpays : c’est un site canadien qui propose ce type de prêts depuis une dizaine d’années.
  • Le site matchbanker : c’est un site danois qui propose des prêts sans refus à un montant élevé.
  • Le site verilor : c’est un site français qui vous propose un comparateur de prêt personnel sans refus.
Précédent

Ethereum va-t-il dépasser la capitalisation boursière de Bitcoin ?

Suivant

Adoption du Bitcoin : les directives de la FED auprès des banques

Derniers articles de Banques