Echec de la coopération franco-allemande dans le nucléaire

/

L’annonce hier de la création d’une filiale dans le nucléaire entre le groupe allemand Siemens et le groupe russe Rosatom marque un nouvel échec dans la coopération franco-allemande en matière économique.

Le groupe nucléaire français Areva et son homologue allemand Siemens ont développé avec succès, à travers leur filiale commune, l’EPR, réacteur nucléaire franco-allemand.

Fin janvier, Siemens avait déjà manifesté son intention de mettre fin à son alliance, et a annoncé qu’il souhaitait vendre ses 34% de parts.

Hier, coup de théâtre : Siemens signe un protocole d’accord pour la création d’une filiale commune dans le nucléaire avec le groupe russe Rosatom, cette co-entreprise devenant une concurrente directe d’Areva.

Beaucoup s’interrogent sur la pertinence de ce pacte, d’autant plus qu’en faisant ainsi, Siemens viole une clause de non-concurrence qu’Areva a pourtant bien l’intention de faire respecter. Le groupe français pourrait en profiter pour réduire la facture qu’il va devoir payer à Siemens pour le rachat de ses parts dans leur filiale Areva NP.

Default thumbnail
Précédent

Rachat de crédit et indivision

Default thumbnail
Suivant

Crédit Agricole : pertes de 309 millions

Derniers articles de Brèves

dolor. adipiscing porta. ut libero Curabitur felis id venenatis, tristique mi, ut