Magazine sur la finance & le rachat de crédit

L’Epargne d’aujourd’hui et le rachat de crédits

dans Rachat de crédit

Les opérations de rachat de crédits ont toujours eu certes pour objectif majeur de réduire l’endettement existant des ménages, mais aussi de redonner une réelle sérénité morale ainsi qu’une capacité d’épargne restaurée.

Ce point est essentiel dans la mesure où les restructurations doivent à la fois permettre aux emprunteurs de pouvoir anticiper l’avenir en ayant à nouveau des fonds devant eux et surtout d’éviter une nouvelle procédure de ce type à court terme.

Il est donc judicieux d’informer les consommateurs sur les possibilités d’épargne qui s’ouvrent à eux une fois restructurés. Et par les temps qui courent, il convient de faire les bons choix et de ne pas perdre ses liquidités !
Ainsi, on constate qu’en ces temps de finances agités, les vieilles recettes refont surface et les valeurs-refuges trouvent à nouveau un écho favorable dans la presse spécialisée comme chez les contribuables. Certes, on gagne peu ou moins, mais on sait ce qu’on a et ce qui reste ! Le tableau ci-dessous donne un petit aperçu des grandes tendances du moment :

Nous commencerons par l’éternel livret A qui resurgit à chaque fois que les temps sont durs et que l’inflation règne. Ainsi, ce dernier a vu son rapport fixé à 4 % nets ce qui est un taux dignes des meilleurs assurances-vie de ces dernières années ! Rappelons rapidement que le plafond de versement est fixé à 15 300 € et qu’un livret A est nominatif, c’est-à-dire qu’on ne peut en avoir qu’un par personne. Avec le livret A, l’argent rapporte tout en étant disponible. Il y a aujourd’hui, 1 700 000 livret a saturés en France…. Ce qui constitue notamment le fonds de commerce d’une banque telle que Natixis !

L’autre bon plan réside actuellement dans l’ancien codevi, appelé désormais LDD (Livret de développement durable). Cette formule rapporte désormais autant qu’un livret A, c’est-à-dire 4 % nets par an. Pas si mal pour cette articulation qui voit son plafond atteindre les 6 000 € par personne, car le produit est unique et nominatif.

Proportionnellement, le LEP (Livret d’Epargne Populaire) est certes plus rentable avec ses 4.5 %, mais comporte des contraintes : il est bloqué pendant une durée minimale de 8 ans afin d’être exonéré de toute fiscalité, hormis le récent Revenu de Solidarité Active (RSA) et en cas de coup dur, un éventuel déblocage forcé est lent et fastidieux.

Le CEL (Compte d’Epargne Logement) a un rendement certes peu intéressant, mais permet d’emprunter de l’argent à faible taux lorsqu’on envisage des travaux. Le montant du taux octroyé dépend ainsi à la fois du montant placé et de l’antériorité du placement en question ! Il faut toujours avoir un CEL quelque part dans un coin !

Enfin, le « parent pauvre » de ces valeurs-refuge est sans doute le Plan d’Epargne Logement (PEL) qui d’une part a un rendement peu attrayant depuis quelques années et qui d’autre part offrirait actuellement des possibilités d’emprunt à des taux suivant la conjoncture actuelle ; c’est-à-dire beaucoup plus élevés qu’il y a deux ou trois ans…. Les gagnants sont ceux qui auraient contractés des PEL il y a 5 ans et qui se verraient alors octroyés des taux de l’ordre de 3.5 ou 3.6 %. Seul problème, personne ou presque n’en a fait au début des années 2000, car ils rapportaient peu !

Voilà parmi ces différents produits surs, vous trouverez bien votre bonheur et démontrerez ainsi que rachat de crédits et épargne sont intimement liés !

Derniers articles de Rachat de crédit

Retour en haut