L’équipe de Terra (Luna) interdite de quitter la Corée du Sud

/
justice terra corée du sud

Rien ne va plus pour l’équipe chargée de la gestion de la blockchain Terra (Luna) depuis son effondrement. Les employés de Terraform Labs se sont même vu interdire de quitter la Corée du Sud durant l’enquête menée par les procureurs sud-coréens. Les médias locaux ont rapporté l’information.

Une enquête qui prend de grande proportion

Le jeton jumelé de TerraUSD, Luna, a chuté le mois dernier, déclenchant des ventes à découvert et déclenchant une réaction en chaîne qui a mis certaines des principales institutions de l’industrie de la cryptographie en difficulté. TerraUSD était censé maintenir la parité avec le dollar américain.

Les pertes liées au stablecoin ont également conduit à des difficultés du créancier crypto américain Celsius, qui a suspendu les retraits ce mois-ci, et du fonds spéculatif crypto basé à Singapour Three Arrows Capital, qui envisage des options telles que la vente d’actifs ou la cession à une autre compagnie.

Un responsable du bureau du procureur général de Corée du Sud, qui a refusé d’être nommé, comme il est de coutume en Corée du Sud, a déclaré que plusieurs membres du personnel de Terraform Labs avaient été placés sur la liste des interdictions de vol.

Pour rappel, la Corée du Sud entretient une relation particulièrement étroite avec Terra, d’abord et avant tout parce que Do Kwon, le PDG et fondateur de Terraform Labs, est lui-même coréen.

De plus, une enquête récente de l’administration fiscale locale a conclu que la société était bien coréenne, même si elle était officiellement enregistrée à Singapour.

En conséquence, Terraform Labs et ses employés ont fait l’objet d’un examen particulier de la part des autorités sud-coréennes, qui semblent avoir l’intention de prendre l’affaire Terra comme exemple.

Le régulateur a lancé une inspection d’urgence des plates-formes locales en mai de l’année dernière. Et l’affaire judiciaire concerne Do Kwon et ses collaborateurs, qui apparaissent désormais comme des cibles.

En tout cas, c’est ce qui a été rapporté par le média local JTBC. Il a expliqué que l’unité sud-coréenne d’enquête sur les crimes financiers a émis une interdiction de sortie du territoire pour les anciens employés et développeurs impliqués dans la construction de la blockchain Terra.

En conséquence, ils sont effectivement contraints de rester indéfiniment en Corée. JTBC a précisé dans son rapport que le PDG de la société, Do Kwon, est actuellement à Singapour, ayant déjà quitté la Corée du Sud. Par conséquent, jusqu’à ce que l’enquête soit terminée, l’accusation peut travailler avec les autorités singapouriennes pour invalider le passeport de Kwon.

L’équipe de Terra va servir d’exemple

Les nouvelles mesures prises par les autorités n’affectent pas seulement les employés actuels de l’entreprise. Selon le développeur Daniel Hong, les ex-employés sont également interdits de quitter le pays. Selon lui, afin d’empêcher les anciens employés de détruire des preuves, le gouvernement ne les a pas avertis.

Hong a exprimé sa colère sur Twitter, affirmant que lui et ses collègues étaient considérés comme des “criminels”. Il pense également que ces interdictions pourraient avoir l’effet inverse de ce qui était prévu, car les anciens membres de la société de Terra refusent désormais de collaborer avec les autorités.

L’affaire Terra a déclenché un tremblement de terre le mois dernier et s’est propagée à la très grande industrie de la crypto-monnaie, ce qui a également contribué à la chute massive des prix à laquelle nous avons assisté ces dernières semaines.

Quoi qu’il en soit, la réponse des autorités sud-coréennes suggère que les régulateurs veulent créer un précédent avec Terra. Au cours du week-end, nous avons appris un recours collectif contre Do Kwon aux États-Unis.

Plus largement, les régulateurs utilisent l’UST de Terra comme exemple des dangers des stablecoins, sans distinguer les stablecoins algorithmiques des autres stablecoins.

En Corée du Sud, les autorités prennent des mesures pour garantir le succès de l’enquête sur Terraform Labs. Entre autres, ils prennent des décisions concernant les employés de l’entreprise. Ils n’ont plus le droit de quitter le territoire national.

Précédent

Paiement en ligne : quels méthodes choisir ?

Suivant

La Banque de France abaisse ses prévisions de croissance en 2022

Derniers articles de Crypto