En Espagne, les jeunes préfèrent investir dans la crypto plutôt que dans les fonds de pensions

/
Espagne
En Espagne, les jeunes préfèrent investir dans la crypto - ©Robin M., CC0 Creative Commons

La cryptomonnaie prend de plus en plus d’ampleur et les jeunes ne tardent pas à investir fièrement. Récemment, un rapport publié sur Chainalysis, plateforme de données spécialisée dans la blockchain, a démontré que l’économie mondiale de la crypto est actuellement répartie dans toute l’Europe occidentale. Les données montrent que dans la région, un total de 1 000 milliards de dollars ont été investis en cryptomonnaie dans le courant de l’année. Ce montant représente près d’un quart de l’activité cryptographique mondiale.

L’Espagne, particulièrement attentive à l’évolution des crypto

En Espagne, les investisseurs font surface avec un nombre relativement élevé de guichets automatiques Bitcoin et une tendance assez positive concernant cette économie. Le pays de la sieste pourrait rapidement devenir un espace intéressant pour les entrepreneurs en crypto.

Selon les sondages, les jeunes Espagnols investissent dans le monde de la crypto

Rebellion, une néobanque espagnole, a mené son enquête pour mieux comprendre ce que les jeunes Espagnols pensaient de l’avènement des cryptomonnaies. Les résultats ont montré qu’une partie des jeunes investisseurs préférait les investissements crypto aux fonds de pension.

Le rapport a déclaré les faits suivants :

Actuellement, 21 % des jeunes investissent dans les cryptomonnaies, ce qui en fait le produit d’investissement le plus éminent, suivi des fonds de pensions et des placements d’épargne.

En outre, 38 % des jeunes Espagnols entre 25 et 40 ans envisagent prochainement d’entrer sur le marché de la crypto. Le principal frein à l’investissement reste la fiabilité, en effet la volatilité des cours n’assure aucune sécurité en termes d’épargne. Mais une bonne partie est tout de même convaincu que la crypto est l’avenir du paiement.

Que dit la loi en Espagne concernant les marchés financiers décentralisés ?

Comme dans la plupart des pays, l’Espagne ne règlemente pas les monnaies virtuelles au travers de lois spécifiques, hormis les mises en applications des directives LCB-FT. LCB-FT est l’acronyme pour « Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ».

Alors que la commission nationale espagnole des marchés et valeurs (CNMV) ainsi que la Banque d’Espagne ont mis en garde contre les risques de la crypto, un intérêt croissant persiste pour les néobanques (de plus en plus indépendantes) et le trading de crypto.

Zoom sur la présence des guichets automatiques de crypto

Le système de contrôle automatisé (Bitcoin ATM radar) a montré que l’Espagne dispose de 175 guichets automatiques de ce type, au dernier décompte. Cela le place au-dessus de la Suisse qui compte 131 guichets automatiques, mais en dessous du Salvador qui en compte 205. De plus, la banalisation de la cryptomonnaie s’est également étendue dans d’autres secteurs d’innovation. Selon un rapport, l’école de commerce espagnole pour l’innovation et l’entrepreneuriat (IEBS Business School) propose des cours qui peuvent être suivis en ligne dans leur intégralité et accepte le Bitcoin pour payer les frais d’inscription.

Le PDG de Rebellion, Sergio Cerro, exprime sa curiosité accrue pour les cryptomonnaies qui pourraient faire plus largement partie de notre quotidien à l’avenir. En effet, il affirme que les paiements sont en pleine mutation, la société Rebellion doit décider maintenant si elle veut faire partie de ce changement ou non.

Il ne faudra pas longtemps avant que les grandes institutions et organisations ne commencent à accepter la cryptomonnaie comme mode de paiement.

Source AMB Crypto

Précédent

L’Ether, une crypto qui entraine des gains colossaux de plus de 7000 %

Suivant

Donald Trump ne souhaite pas voir que la crypto nuise au dollar américain

Derniers articles de Crypto