Facebook et la BCE vont-ils faire chuter le CAC 40 aujourd’hui ?

/
CAC40

La Bourse de Paris a clôturé en hausse, pour la troisième fois consécutive, de 0,22% mercredi, dopée par les résultats des entreprises outre-Atlantique et pas effrayée par des données d’inflation plus fortes que prévu dans la zone euro. Aujourd’hui le CAC 40 devrait baisser. Facebook a beaucoup déçu et la BCE est très attendue sur fond d’accélération de l’inflation en zone euro et d’un marché de l’emploi solide.

Facebook met les indices boursiers à l’épreuve aujourd’hui

La Bourse parisienne est restée dans le vert toute la journée d’hier, culminant à 7 150 points dans l’après-midi. Il s’agit de sa sixième augmentation en sept séances.

Cette hausse a été favorisée par les actions technologiques américaines qui se sont très bien portées, ces sociétés sont survendues. Les bénéfices records de la société mère de Google, Alphabet, ont attiré les investisseurs vers les actions technologiques de l’indice. D’autres actions dites de croissance, représentant un investissement à long terme, sont plafonnées par les investisseurs. Mais elles ont retrouvé quelques sommets, même si elles sont plus sensibles à la baisse des bénéfices futurs en raison de la hausse des taux d’intérêt sur le marché obligataire. Ces valeurs accueillent favorablement la rhétorique plus pacifiste des membres de la Fed (Fed) ces derniers jours.

Toutefois, les principaux marchés boursiers européens devraient ouvrir en baisse ce jeudi après l’annonce des résultats de Facebook et les décisions monétaires en attente de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BoE).

À Wall Street, les contrats à terme sur le Nasdaq 100 ont chuté depuis que Facebook a publié ses résultats hier soir. La maison mère de Facebook a chuté de 20 % après avoir affiché un objectif de revenus trimestriels inférieur aux attentes et fait état pour la première fois d’une baisse du nombre d’utilisateurs actifs quotidiens sur son principal réseau social, citant les changements de confidentialité d’Apple et la concurrence, notamment de TikTok. La société mère de Facebook a annoncé un bénéfice au quatrième trimestre de 3,67 dollars par action, contre 3,84 dollars attendus.

L’évolution des politiques de protection des données d’Apple a également entraîné une perte de revenus pour Meta, qui s’attend à des revenus compris entre 27 et 29 milliards de dollars pour le trimestre, alors que les analystes prévoient en moyenne des revenus de plus de 30 milliards de dollars.

Cet élément s’ajoute à la prudence de rigueur avant la réunion de politique monétaire de la BoE (12h00 GMT) et la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (12h45 GMT), qui seront suivies de la conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde.

Le rendez-vous du jour

Les banques centrales sont de retour au centre du débat, avec la Banque d’Angleterre censée relever ses taux d’intérêt de 0,25 points de base pour la deuxième fois en deux mois, et la Banque centrale européenne, par ordre d’apparition.

La position “dovish” de ce dernier a été sapée par l’annonce mercredi que l’inflation de la zone euro a augmenté de manière inattendue à un nouveau record de 5,1% en janvier. Au-delà du communiqué de l’agence qui devrait confirmer la fin prévue du PEPP en mars, Christine Lagarde aura du mal à maintenir son point de vue selon lequel l’inflation devrait progressivement baisser cette année.

Quoi qu’il en soit, les marchés semblent avoir prévu une ou même deux hausses de taux cette année. “Le marché met au défi la présidente de la BCE, Christine Lagarde, de confirmer sa promesse de ne pas augmenter les taux d’intérêt cette année”, ont conclu les analystes de DBS Group Research.

Précédent

Le taux du Livret d’épargne populaire passe à 2,2% en février

Suivant

Diem était une perte de temps, Meta aurait dû se concentrer sur le Bitcoin selon Jack Dorsey

Derniers articles de Bourse