Surprise ! La Fed remonte encore ses taux de 0,75 % !

///
Jerome Powell

La banque centrale américaine (Fed) a relevé mercredi les taux d’intérêt à leur plus haut niveau en près de 15 ans et prévoit de continuer à les relever dans le but de freiner à tout prix l’inflation élevée, une tâche compliquée par la menace d’une récession.

Le taux directeur se rapproche des 4%

La banque centrale américaine, la Réserve fédérale (Fed), a relevé ses taux d’intérêt de 0,75 point pour la quatrième fois consécutive le mercredi 2 novembre, et continuera de le faire tant que nécessaire.

« Il est prématuré de parler d’une pause, a indiqué son président, Jerome Powell. Nous pensons que nous avons du chemin à parcourir… avec les taux d’intérêt. »

Le taux directeur de la Réserve Fédérale était juste au-dessus de zéro en mars et se situe maintenant au-dessus de 3,75 %. Désormais, il s’agit du taux auquel la Fed autorise les banques à se prêter du cash à très court terme. L’augmentation de ce taux se répercute immédiatement sur le coût global du crédit.

Lors de sa conférence de presse, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a averti que les hausses de taux prendraient “du temps” pour ralentir l’inflation et pourraient s’accompagner d’un ralentissement économique.

Le marché boursier n’a pas du tout aimé : le S&P 500 a terminé la journée en baisse de 2,50 %, tandis que le Nasdaq, très technologique, a perdu 3,36 %.

Moins de hausse de taux à l’avenir ?

Il pourrait y avoir d’autres hausses de taux dans les mois à venir, mais pour la première fois, la Fed a clairement indiqué qu’elle tiendrait compte de l’impact de ses hausses de taux passées dans ses décisions futures, mais cela ne s’est pas encore concrétisé.

«En déterminant le rythme des futures augmentations, le comité monétaire prendra en compte l’accumulation du resserrement de la politique monétaire, les délais avec lesquels la politique monétaire affecte l’activité économique et l’inflation, et les développements économiques et financiers», indique le communiqué.

Les membres du comité monétaire ont déclaré à l’unanimité que l’impact sur l’économie des hausses de taux déjà en cours depuis mars doit être pris en compte pour déterminer le rythme des hausses de taux, qui sera décidé lors de la prochaine réunion.

Cela a été interprété comme l’indication que la croissance pourrait encore ralentir dans les mois à venir. Ces décisions de la Fed mettront encore plusieurs mois avant d’avoir un impact sur l’économie.

À moins d’une semaine des élections de mi-mandat au cours desquelles le président Joe Biden pourrait perdre et voir sa faible majorité démocrate au Congrès renversée, l’inflation est désormais une préoccupation majeure pour les ménages américains.

L’inflation ne ralentit toujours pas

L’inflation est restée à 6,2% en septembre, proche de son plus haut niveau depuis plus de 40 ans, selon l’indice PCE préféré de la Fed, qui vise à réduire l’inflation à 2%. Une autre mesure a été la hausse de 8,2 % en glissement annuel de l’IPC (Indice des prix à la Consommation basé sur un panier fixe) en septembre.

Pour stimuler la consommation suite à la crise du Covid-19 les taux étaient à leur plus bas niveau entre 0,00% et 0,25% jusqu’en mars. Depuis, nous avons assisté à six hausses de taux directeurs consécutives. La Fed a commencé avec un habituel 0,25, puis a accéléré à 0,50, et enfin, nous comptons maintenant quatre hausses à 0,75.

Mais un autre danger menace, car un ralentissement volontaire de cette activité risque de faire basculer l’économie américaine dans la récession en 2023.

Wall Street s’inquiète du risque croissant d’une récession et espère que la Fed ralentira bientôt le rythme des hausses de taux d’intérêt. Jerome Powell a reconnu que la hausse pourrait être inférieure à 0,75 point lors de la réunion du 14 décembre ou lors de la réunion de février.

Tout dépendra des signaux de l’inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) et des créations d’emplois d’ici là. Jusqu’à présent, les signes sur les deux fronts ne sont pas encourageants.

Précédent

Coinbase apporte son soutien à Ripple dans son procès contre la SEC

Suivant

Immobilier : le marché baissier semble s’installer dans les grandes villes !

Derniers articles de Banques