Fin de semaine tendue sur les marchés financiers

//
Bourse de Wall Street
Bourse de Wall Street - ©lo lo, CC0 Creative Commons

Moscou est-il sur le point d’envahir l’Ukraine ? Des déclarations contradictoires sont apparues ces derniers jours, incitant à une extrême prudence chez les opérateurs financiers. Hier, à Paris, le Cac 40 recule de 0,26% à 6.946 points. Sur le plan des valeurs, Kering et Carrefour ont été plébiscités après l’annonce de leurs résultats annuels.

Déclarations contradictoires, ambiance morose

Géopolitique et marchés financiers ne font pas bon ménage, surtout lorsque les premiers font peser une menace de conflit armé. Le Cac 40 a chuté pour la troisième fois cette semaine, en baisse de 0,26% à 6.946,82 sur un chiffre d’affaires de 4,2 milliards d’euros.
L’indice de Paris a atteint un creux de 6 905,69 dans l’après-midi suite à une déclaration de l’ambassadrice américaine aux Nations Unies Linda Thomas-Greenfield. Selon elle, la Russie semble prête à “envahir de manière imminente” l’Ukraine, malgré les démentis de Moscou.

La Bourse de New York, de son côté, a clôturé en forte baisse jeudi sur fond d’inquiétudes concernant l’escalade des tensions en Ukraine et le ralentissement de la croissance des entreprises américaines. Le Dow Jones a perdu 1,78% pour terminer à 34 312,03, le Nasdaq, riche en technologies, a perdu 2,88% à 13 716,71 et le S&P 500 au sens large a perdu 2,12% à 4 380,26.

“Les actions sont sous pression alors que les inquiétudes géopolitiques montent”, ont déclaré les analystes de Schwab dans une note. Le président américain Joe Biden a déclaré jeudi qu’une attaque contre l’Ukraine était possible “dans les prochains jours”.

La Russie a annoncé qu’elle continuerait à retirer des troupes et du matériel des zones proches de l’Ukraine, ce qui a été mis en cause par le service extérieur américain et le président ukrainien.

Une hausse de 15 % de l’indice VIX, qui mesure la volatilité des marchés, et un mouvement important des obligations considérées comme des valeurs refuges illustrent un environnement nerveux.

La croissance des résultats se normalise

Après avoir affiché de solides résultats en 2021, les entreprises américaines ont du mal à atteindre des taux de croissance similaires à mesure que l’économie se normalise, grâce à un rebond après le début de la pandémie, a déclaré le gestionnaire.

“En ce moment, nous naviguons”, a commenté Adam Sarhan, fondateur et directeur général de 50 Park Investments. “Nous sommes dans un champ de mines de résultats commerciaux”, a déclaré le directeur, à la merci de l’inattendu. “Et les marchés n’aiment pas l’incertitude”, a-t-il poursuivi, notamment compte tenu de la crise ukrainienne et du manque de visibilité sur la trajectoire de la banque centrale américaine (Fed).

Les partisans de la hausse du marché, les bulls, “recherchent désespérément un catalyseur capable de relever le marché boursier, et ils ne le trouvent pas”, a déclaré Adam Sahan.

Cependant, s’il y a “une crainte de ces mouvements à court terme”, a concédé Robert Cantwell, “la tendance de fond est là”, c’est-à-dire que l’économie est toujours en expansion. “Nous devrions voir le rythme de croissance s’accélérer au second semestre, ce qui devrait calmer les nerfs des investisseurs.”

Walmart a tiré son épingle du jeu (+4,01 % à 138,88 $) alors que les résultats trimestriels ont dépassé les attentes. Malgré la flambée actuelle de l’inflation, le géant de la distribution a réussi à gagner des parts de marché sur le marché alimentaire américain, en choisissant de rester compétitif sur les prix.

Le groupe de luxe Kering progresse de 4,95%, en tête du Cac 40. La maison mère de Gucci célèbre ses “excellents résultats” en 2021, avec des ventes de plus de 17 milliards d’euros, en hausse de 35% par rapport à 2020 et de 13% par rapport à 2019. Également entouré, Carrefour s’adjuge 4,83%. Les résultats 2021 ont dépassé les attentes des analystes, portés par de bons résultats en France, et le groupe de distribution est resté serein concernant 2022 malgré l’inflation compliquant l’environnement.

Précédent

Les projets de loi russes pour légaliser les cryptomonnaies avancent dans le bon sens

Suivant

Boursomarket : la nouvelle offre sans frais et sans condition de Boursorama

Derniers articles de Bourse