Quelle épargne choisir en 2020 ? - ©Steve Buissinne, CC0 Creative Commons

Quelle épargne en 2020 ?

Depuis quelques années, les taux de rendement des placements garantis ont significativement diminué. De plus, les Français sont contraints d’épargner une grande partie de leur revenu depuis le confinement. Mais la question qui se pose au sein des ménages français porte sur la nature de l’épargne étant donné que les taux d’intérêt annuels bruts sur les livrets d’épargne ont relativement baissé depuis quelques années. Consultez le guide de l’épargne pour savoir quelle épargne vous convient le mieux.

Quelles sont les offres d’épargne disponibles sur le marché à ce jour ?

Les experts admettent que les épargnes les plus porteuses sur le marché actuel concernent les placements d’épargne. Par exemple, la dégradation de la situation financière au moment de la retraite a toujours été une préoccupation pour les Français, et ce depuis longtemps. Les Français inquiétés par ce phénomène presque inévitable à la vieillesse sont de plus en plus motivés à épargner une partie de leur revenu dès le plus jeune âge, pour pouvoir vivre convenablement à l’avenir. Cependant, les objectifs d’une épargne peuvent être de toutes natures : le financement des études des enfants, la concrétisation d’un projet, la sécurisation de la retraite, l’acquisition immobilière, etc.
Les établissements bancaires mettent à disposition des clients un large éventail d’offres de plan d’épargne à court, moyen et long terme dépendant des objectifs et des capacités financières des épargnants. Sur le marché bancaire, on peut citer :

  • le livret A
  • le LDDS
  • le LEE
  • le LEP
  • le CEL
  • le PEL
  • le CDN
  • l’assurance vie
  • le bon de capitalisation
  • le bon de caisse
  • le plan épargne retraite populaire ou PERP
  • le plan épargne retraite collectif ou PERCO
  • etc.

Quels sont les risques encourus par les placements d’épargne ?

Il est vrai que le système d’épargne bancaire peut créer un sentiment de méfiance auprès de la clientèle, mais on recense tout de même plus de 60 millions de titulaires de compte d’épargne à travers la France actuellement. Et en 2019, des études économiques ont montré que plus de 14% du revenu mensuel non dépensé par les ménages français étaient consacrés à l’épargne.

L’État a fixé le taux d’intérêt annuel brut du livret A à 0,75% depuis le 1er aout 2015 jusqu’au 31 janvier 2020, celui du LDDS est toujours semblable à celui du livret A ; les deux livrets ne diffèrent qu’au niveau du plafond de versement. Le plafond du premier s’élève à 22950 euros contre 12000 euros pour le LDDS. À partir du 1er février 2020, ce taux est descendu à 0,5%. De plus, le livret A et le LDDS sont exonérés des prélèvements fiscaux et sociaux.

Par conséquent, en plus d’être rémunérés ces types de livrets sont entièrement défiscalisés et dépourvus de frais de gestion. Toutefois, les épargnants ne doivent pas seulement se suffire aux bonnes conditions procurées par le livret A et le LDDS puisque ces types d’épargne sont réduits à la conservation d’une épargne de court terme visant à faire face aux dépenses imprévues de la vie. Ce qui importe est en fait de songer à l’optimisation des placements et essayer d’autres supports d’épargne ayant pour vocation de faire fructifier l’argent mis de côté sur le long terme.

Bien choisir son épargne en 2020 – ©Tumisu, CC0 Creative Commons

Quels sont les types d’investissements répondant aux attentes en termes de placement d’épargne ?

Effectivement, il existe plusieurs types de placement d’épargne sur le marché bancaire, notamment l’assurance vie, le plan épargne retraite, le plan épargne actions, etc.

L’assurance-vie

En 2019, la collecte nette sur l’assurance vie enregistrée était de plus de 1785 milliards, il s’avère que l’assurance vie reste le premier type de placement d’épargne le plus prisé par les Français. Cela est en fait dû aux avantages dégagés par les modalités de fonctionnement de ce type de placement d’épargne. En effet, une assurance vie permet à l’épargnant de profiter d’un confort fiscal puisque les impôts prélevés sur les rémunérations du capital investi diminuent de façon progressive dans le temps. Il est également possible de transmettre le capital placé sans droits de succession.

L’assurance vie est armée de deux types de supports à savoir le fonds en euros et les unités de compte.

  • Le fond en euros est directement géré par la compagnie d’assurance. Il a été créé pour la sécurisation de l’encours à tout moment puisqu’il est entièrement garanti. Avec ce support, l’épargnant peut profiter d’un gain de productivité, bien qu’il soit différent d’un assureur à un autre, supérieur aux livrets bancaires ordinaires puisqu’en moyenne son taux d’intérêt net est égal à 1,40% en 2019.
  • Les unités de compte permettent aux épargnants d’élargir leur horizon d’investissement avec l’existence d’une panoplie de supports d’épargne : actions, obligations, devises, matières premières, immobilier, etc. Les unités de compte génèrent un rendement généralement supérieur à celui du fonds en euros, toutefois ils présentent un risque puisque le capital placé n’est pas du tout garanti.

Même s’il existe des divergences importantes entre ces der types d’assurance vie, mais le choix revient à l’épargnant et cela va dépendre des risques auxquels ce dernier est prêt à encourir en termes de garantie du capital investi d’une part. Mais d’autre part, l’argent investi dans l’assurance vie doit y rester pendant huit ans minimum pour optimiser le placement du point de vue fiscal, toutefois les retraits sont possibles à tout moment.
Dans la sélection des placements d’épargne, l’assurance vie représente actuellement la meilleure manière pour investir l’épargne sur le moyen et le long terme. Parmi les offres disponibles sur le marché de l’assurance, on retrouve par exemple le Cardiff Élite, le SwissLife Strategic Premium ou encore le Promonial Sernipierre, etc., mais la liste n’étant pas exhaustive.

Le plan épargne actions ou PEA

Lorsqu’un épargnant choisit de placer son argent sur un PEA, il bénéficie de l’avantage d’une défiscalisation totale du taux d’intérêt généré par le placement au bout de 5 ans, il n’y a plus que le prélèvement pour les cotisations sociales qui subsiste. En effet, le plan épargne actions est un bon support d’épargne bien qu’un plafond maximum de 150000 euros en moyenne est imposé à chaque épargnant et les fonds rémunérés ne sont disponibles que 5 ans après son ouverture. En plus, une personne n’a le droit de détenir plus d’un PEA. Parmi les plans épargne action proposés dur le marché, on peut distinguer le PEA Financière de l’Échiquier.

Le plan épargne retraite ou PER

La retraite par capitalisation est devenue un sujet en vogue de nos jours puisque les fonds dédiés à la retraite deviennent de plus en plus maigres. Le plan d’épargne retraite a été établi par la loi Pacte pour maintenir le régime des retraites. En effet, les retraités subissent souvent les effets de la dégradation de revenus. Le principe de la loi Pacte est en fait de collecter de l’argent auprès des Français en leur informant que les retombées de ces cotisations leur reviendront une fois qu’ils seront admis à la retraite. Le PER attire de plus en plus de français de nos jours.
Le plan épargne retraite consiste à mettre de l’argent non plafonné de côté de façon régulière moyennant un support d’épargne au choix. Au moment de la retraite, les fonds économisés seront versés sous forme de rente viagère ou sous forme de capital. L’avantage principal du plan épargne retraite pour les contribuables repose en fait sur l’exonération fiscale sur les intérêts. En d’autres termes, l’intégralité des dépôts réalisés sur le plan d’épargne retraite est déductible sur la base du revenu imposable dans la limite d’un plafond préalablement fixé.
En guise d’illustration et pour bien cerner le principe d’un PER, prenons un exemple concret. La tranche marginale imposable de Marie est à 41%, la somme totale de l’argent versée par Marie durant l’année 2019 s’élève à 10000 euros. En déduisant le total d’argent déposé à son revenu imposable, Marie bénéficie en fin d’année une réduction de 4100 euros.

Retirer une partie d’une épargne en vue de la retraite réalisée sur un plan épargne de retraite peut être anticipé dans certains, tel que l’acquisition de la résidence principale, le décès du conjoint, l’invalidité physique ou mentale. Bien que dans la règle générale, le capital constitué sur un PER n’est déblocable qu’une fois admis à la retraite. Cela est vu par certains comme un des inconvénients du PER, par contre d’autres considèrent que ce type de plan est le meilleur moyen de se faire un revenu complémentaire jusqu’à la mort ou le meilleur moyen de réaliser enfin ses rêves.
Dans sélection des meilleurs plans épargne retraite, on peut relever le PER SwissLife Individuel, le PER Cardiff Essentiel Retraite ou encore le PER Eres.

Pour conclure, il est vivement recommandé à ceux qui souhaitent se lancer dans l’épargne de diminuer l’argent consacré à être épargné sur les livrets règlementés du fait de leurs propriétés assez limitatives. Les épargnes sur livrets sont en fait le type d’épargne de précautions. Il est conseillé aux épargnants de se projeter sur le long terme pour profiter des divers avantages que les placements d’épargne peuvent dégager plu tard. Toutefois, la sélection est libre, cela devra toujours dépendre des propres objectifs de chacun !

eleifend accumsan porta. felis ipsum commodo Sed venenatis ut risus ut luctus