La fiscalité de l’assurance-vie sans lien de parenté ?

Il est fréquent qu’une personne ou qu’un couple n’est pas de descendance directe ou bien même de lien de parenté familiale.

Dans ces cas de figure, comment faire pour que d’éventuels héritiers puissent « échapper » au mieux à l’écrasante fiscalité qui s’appliquerait alors ?

La réponse réside dans l’assurance-vie. En effet, si vous désignez un héritier de vos avoirs financiers alors qu’il n’y a aucun lien de parenté, ce dernier devra s’acquitter des droits de succession classique qui s’élèvent alors à 60 % dès le premier centime… et sans abattement. Le régime des assurances-vie en matière fiscale est très favorable aux transmissions entre des personnes n’ayant aucun lien de parenté, car l’abattement fiscal est de 152 500 €uros, ce qui est un chiffre considérable, puis s’applique un prélèvement forfaitaire de 20 % sur le dépassement du seuil.

Si d’aventures, le souscripteur a effectué des versements sur son contrat après 70 ans, alors le seuil de taxation n’est plus de 152 500 €uros, mais de 30 500 €uros. Dans les deux cas de figure, on est bien loin des 60 % de droits de succession, puisque c’est le prélèvement forfaitaire de 20 % qui s’applique.

Default thumbnail
Précédent

Rachat de crédit et optimisation fiscale !

Default thumbnail
Suivant

Le rachat de crédit et Google !

Derniers articles de Rachat de crédit

non quis, Praesent Donec adipiscing felis