Le FMI renouvelle sa surveillance accrue pour la cryptomonnaie afin de stabiliser les finances

/
FMI (Fond Monétaire International)
FMI (Fond Monétaire International) - ©AgnosticPreachersKid, CC BY-SA 3.0

Le groupe du Fonds Monétaire International (FMI) a identifié l’espace crypto comme étant fréquemment menacé par le piratage. Le manque de responsabilité concernant l’émission et la distribution des actifs ainsi que les problèmes fonctionnels et les pannes durant les périodes d’extrême volatilité, sont soulignés.

L’économie mondiale encourt-elle de réels risques en adoptant la cryptomonnaie ?

Le Conseil de Stabilité Financière (CSF) du Fonds Monétaire International (FMI) a déclaré que l’adoption de plus en plus importantes des cryptomonnaies par la population pourrait exposer l’économie mondiale à des risques.

Dans son rapport sur la stabilité financière mondiale publié le 12 octobre, le Fonds Monétaire International déclare que l’adoption d’actifs et de Stablecoins au sein des marchés émergents et des divers développements économiques pourrait constituer un défi pour la stabilité macroéconomique et financière des pays proposant ce type de services.

Le groupe a déclaré que les risques étaient maîtrisés pour l’instant, mais a exhorté les législateurs à surveiller les cryptomonnaies de plus près.

Le FMI ajoute qu’à mesure que l’espace crypto s’étendait et évoluait, de « nouvelles sources de risques » pourraient faire leur apparition comme les menaces représentées par les Stablecoins et la finance décentralisée, aussi appelée DeFi.

Plus précisément, le groupe a identifié l’espace comme étant trop fréquemment menacé par le piratage, ceci prouvant un manque de responsabilité en ce qui concerne l’émission et la distribution des actifs. Les risques opérationnels et notamment les pannes durant les périodes d’extrême volatilité sont la preuve d’un danger dont les investisseurs n’ont pas toujours conscience.

Les cryptoactifs font-ils réellement partie d’un domaine économique décentralisé ?

Le FMI a également jugé de façon négative l’émergence des jetons mèmes et la centralisation des actifs au sein des plateformes comme des facteurs à prendre sérieusement en compte dans le processus de développement du secteur.

En effet, une bourse majeure comme Binance gérant une grande quantité de volume de transactions peut être jugé comme étant un système qui centralise le secteur, tandis que Tether est responsable de la majorité de l’offre de Stablecoins, un point intriguant sur la qualité principale du trafic qui est censé être la décentralisation.

Les pays en développement prendraient des risques dans leur chemin d’adoption de la crypto

Jusqu’à présent, les pertes résultant de tels risques n’ont pas eu d’impact significatif sur la stabilité financière, à l’échelle mondiale ou nationale

exprime le FMI.

Cependant, au fur et à mesure que les actifs cryptographiques prennent de l’ampleur, les actions critiques sur le plan macro sont susceptibles d’augmenter.

Mettre en évidence les risques que les pays en développement prennent en adoptant les actifs numériques est le devoir du FMI, le groupe ayant déjà prévenu des risques encourus dans le schéma de normalisation de la monnaie numérique et des Stablecoins de la part des banques centrales. Quelques mois auparavant, le FMI a averti les Îles Marshall et le Salvador en précisant que la reconnaissance d’une monnaie numérique comme monnaie légale courante pourrait « augmenter les risques pour la stabilité macroéconomique et financière ainsi que pour l’intégrité financière au sein du pays. »

Au début du mois d’octobre, le FMI a publié un ensemble de politiques visant à réguler les marchés émergents et les économies en développement afin d’assurer une certaine stabilité financière dans le cadre de l’adoption mondiale de l’industrie de la cryptomonnaie. Compte tenu de l’affirmation de la directrice générale Kristalina Georgieva selon laquelle plus de la moitié de toutes les banques centrales du monde exploraient les différentes façons de lancer des devises numériques.

Les recommandations du FMI incluent le fait que les gouvernements mettent en place des normes concernant l’utilisation des cryptoactifs et améliorent leur capacité à surveiller les différents écosystèmes en comblant les lacunes au sein des données, afin de redresser les fonctionnements du marché financier.

Source CoinTelegraph

Précédent

Fintech nigériane Payday : levée de fond d’un million de dollar USD

Suivant

L’économie béninoise : un taux de croissance de 6% prévu pour fin 2021

Derniers articles de Crypto